Les dinosaures de SÉVERINE ASSOUS

Nous avons posé quelques questions à Séverine Assous qui nous parle de la sortie de son Cahier Des Dinosaures chez Actes Sud.

livre cahier des Dinosaures

Pourrais-tu nous présenter en quelques mots ce Cahier des dinosaures ?
Il s’agît d’un grand cahier de 48 pages à l’intérieur duquel chaque double page aborde un thème particulier : l’environnement, la reproduction, la survie, l’alimentation, etc.
Les pages de gauche sont informatives tandis que celles de droite sont réservées à des jeux sur un papier épais qui permet de dessiner, colorier, relier, imaginer.
Un livre ludique, quoi.

actes sud

Carina Louart

Comment s’est déroulé la collaboration avec l’auteure Carina Louart ?
Quand j’ai commencé à travailler sur le projet, Carina avait déjà effectué un gros travail journalistique. Quasiment tous les textes étaient prêts et je n’avais plus qu’à imaginer leur meilleure interprétation.
Le seul problème était que j’étais alors complètement novice sur le sujet, et que les images de dinosaures qu’on trouve sur internet sont souvent délirantes. En outre je ne trouvais rien sur certaines espèces.
Carina m’a donc fourni pas mal de documents ou me corrigeait quand mon interprétation n’était pas juste, car si l’expression du livre est assez libre, le propos est rigoureux.

Dinosaures severine assous

artwork dinausaure

Tu ne connaissais donc pas vraiment l’univers des dinosaures avant de te lancer dans ce projet ?
En effet, mon savoir se limitait à un vague souvenir de Jurassik Park. Je n’étais même pas au courant de la collision avec cet astéroïde qui a plongé la surface de la terre dans l’obscurité pendant plusieurs mois. Mais l’éditeur avait dû pressentir en moi des affinités avec ces créatures.

dessin severine assous

Retour à la lumière. Que peut-on attendre de Séverine dans les mois à venir ?
Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas illustré de livre jeunesse. Je n’étais pas très à l’aise pour m’adresser au jeune public. La maternité aidant, je crois que je suis désormais mûre, et j’ai maintenant envie de faire plus de livres pour les enfants. J’aimerais également finir un projet de livre que j’ai commencé il y a 2 ans et qui traite justement de la maternité.

illustration Dinosaures

Plus d’images de Séverine Assous

Roland Garros par MAUMONT

Maumont revient pour nous sur sa série d’illustrations sur Roland Garros, et nous parle de ses projets à venir.

dessin roland garros ramasseur de balles

Peux-tu nous présenter en quelques mots ta série sur Roland Garros ?
L’été j’aime bien mettre Roland Garros en fond sonore quand je travaille. Déjà parce que c’est une compétition calme à écouter et ensuite parce qu’il y a quelque chose de comique dans le tennis.
Par exemple, les tennismen ont un bras plus gros que l’autre. ​Cela su​f​fit à me faire rire. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai ​dessiné​ une très grosse balle sur mes ​illustrations​. Leurs gros bras musclés peuvent la frapper sans problème.
Le tennis est un sport très graphique et ses couleurs me plaisent: l’ orange vif de la terre battue, le turquoise ​,​ le jaune fluo de la balle ​et le blanc tranchant des lignes du terrain.
J’ai pour habitude de faire mes contours à l’encre de chine. Cette fois j’ai opté pour du bleu. Les couleurs sont moins étouffées et cela offre une légère chaleur aux dessins. Il fait souvent chaud sur un terrain de tennis. ​

illustration tennismen

Joues-tu toi-même au tennis ?
J’ai essayé avec des amis. Je suis très mauvais. Je pense que je tiens mal la raquette. Je préfère les longues balades.​

dessin tennis

Parles-nous de ton processus de travail ?
La plupart du temps les idées me viennent sous la douche, en cuisinant ou juste avant de m’endormir.
Je fais un croquis poussé sur papier ou ordinateur. La composition de l’image me vient assez naturellement. Par la suite, je mets cela au propre grâce à ma table lumineuse sur du bon papier lisse n’accrochant pas la plume et n’absorbant pas l’encre.
Pour la mise en couleur j’utilise des encres Colorex et des feutres.

maumont roland garros

Quelles sont tes inspirations ?
J’aime beaucoup Ronald Searle et Georges Beuville. Leurs codes graphiques me fascinent. Sans parler du trait de Cabu​, que je trouve laché et senti.
​​Saul Steinberg est un maître​ pour moi surtout pour ses peintures sur meubles et ses dessins humoristiques.​ Le travail ​d’affichiste​ de Savignac me touche beaucoup. Il avait toujours la bonne idée de composition et de synthèse du message.
Il y a aussi Astérix & Obélix et Philémon. Quand j’ouvre un de leurs albums, j’ai l’impression de retrouver de vieux amis.
Les albums de Reiser et Calvin et Hobbes sont toujours à portée de main. Je les lis et relis.
J’aime aussi la poésie de Prévert.

illustration maumont

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Pour de l’édition jeunesse et de la presse. Je viens tout juste de finir une double page de jeux. Je mets aussi en images une histoire sur le petit chaperon rouge éditée chez Milan.
J’écris en parallèle un récit sur un petit roi qui a coincé sa couronne sur sa tête.
Une série de cinq tee shirts sur les animaux sortira à la rentrée​​ ​chez Mr Poulet.​​​​
Je travaille de temps en temps pour le dessin animé car je suis aussi animateur et designer de personnages.

dessin foule roland garros

Plus d’images de Maumont .
Encore plus d’images de Maumont.

DELPHINE LEBOURGEOIS fait sa rentrée

Delphine Lebourgeois nous parle de sa rentrée 2014 qui s’annonce très chargée.

The Girl has a Gun
The Girl has a Gun / Soldiers.

Peux-tu nous parler des nombreuses expo auxquelles tu participes durant cet Automne 2014 ?
Je participe à plusieurs foires cet Automne, The Other Art Fair et Multiplied chez Christies (qui auront toutes les 2 lieu lors de la Frieze week à Londres, évènement majeur du calendrier artistique ici), ainsi que la AAF Singapour en Novembre.
The Other Art Fair sera l’opportunité pour moi de lancer une nouvelle série de dessins originaux sur laquelle je travaille depuis bientôt un an. La série s’appelle The Girl Has A Gun. Ce sont des dessins réalisés à l’encre et à l’aquarelle qui mettent en scène des foules tour à tour protectrices ou menaçantes, et qui illustrent une certaine vision de la condition feminine.

Devotees
The Girl has a Gun / The Devotees.

Est-ce que tes projets artistiques ont une influence sur ton travail de commande ?
Lorsque le brief le permet, je peux adapter une idée pour qu’elle raisonne avec mes projets perso. C’est très satisfaisant mais cela n’arrive pas si souvent. Par contre une commande peut aussi être un terrain d’expérimentation. Je me mets vraiment au service du sujet et cela implique parfois de choisir de nouvelles approches pour mieux correspondre à un thème particulier. J’aime beaucoup le travail de commande qui paradoxalement m’offre une grande liberté d’expression.
Mes projets personnels sont d’un ordre plus strict. J’essaie d’être intransigeante et de ne pas céder aux pressions stylistiques ou commerciales.
Créer une image sans considérer sa vente future n’est pas si facile lorsque l’on vit de cette création !
Mon cours aux Beaux-Arts de Lyon était dirigé par Bernard Frize, un peintre conceptuel et assez intello. Il n’était alors pas question de se laisser séduire gratuitement par le « beau » ou le « stylisé ». L’esthétique devait se justifier par le concept et le contenu de l’oeuvre.
Cette vision assez austère m’a beaucoup influencé. L’Idée reste maitresse dans mon travail et j’ai du mal à dessiner les choses seulement parce qu’elles sont agréables à regarder. Cela dit je rajoute souvent des éléments « déco » à mes images, un peu comme on s’achète une belle robe ou qu’on mange un gâteau en cachette. Le régime « concept only » est une discipline trop lourde à porter pour moi et j’essaie de réconcilier le conceptuel et le décoratif.
Les images doivent aussi être une source de plaisir. À mes yeux ce plaisir passe aussi bien par l’appréciation d’une idée lumineuse que par le simple attrait du beau…

The Inner Child
The Girl has a Gun / The Inner Child.

Quelles soient graphiques ou non, quelles sont tes influences ?
C’est toujours une question difficile car elle ramène à un langage visuel dont je n’ai pas vraiment conscience.
En ce moment beaucoup de choses m’inspirent et nourrissent mes images : l’actualité, l’art brut, les contes de fée et la mythologie, les collages de John Stezaker, les auteurs contemporains Américains, Pina Bausch, James Thierrée, Jean-Paul Gaultier, Woodkid, Kid Cudy, Bob Sinclar…

Photo de Classe 2014 delphine lebourgeois
The Girl has a Gun / Photo de Classe 2014.

En dehors de tes nombreuses expo sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Je viens de terminer une série d’illustrations pour le magazine Femme Majuscule (en kiosque depuis le 5 septembre) et j’enchaine à présent sur une couverture pour un roman d’ « heroic fantasy » qui sera publiée par Orion en Grande Bretagne début 2015.

delphine lebourgeois
Femme Majuscule / Page d’ouverture «Touchées en plein Coeur».

Plus d’images de Delphine Lebourgeois .

Entretien avec l’auteure illustratrice AKI

Nous avons rencontré Aki qui nous en dit plus sur son parcours et sa passion pour les voyages.

dessin aki

Mais qui est Aki ?
Je m’appelle Delphine et je signe sous le nom Aki. Je suis née et j’ai grandi en région parisienne. Après 25 ans passés à Paris, je me suis dit que c’était assez et je suis partie vivre à Melbourne en Australie.
Je suis auteure illustratrice depuis 8 ans (ça me donne un coup de vieux d’un coup…!).

artwork aki

Peux-tu nous en parler de ton parcours au cours de ces 8 ans ?
Après un baccalauréat littéraire, j’ai intégré l’école d’arts appliqués Duperré où j’ai étudié le graphisme. Après quelques rencontres j’ai commencé à travailler dans l’illustration, alors que j’étais toujours étudiante. C’est donc tout naturellement que j’ai continué dans cette voie après avoir fini mes études.
Un jour, j’ai reçu un mail de Michel qui me disait être intéressé par mon travail. On s’est rencontré et le courant est tout de suite passé. J’ai rejoint l’équipe d’Illustrissimo en 2012.

illustration aki australie

Dans le même temps tu as aussi beaucoup bougé. En quoi les voyages nourrissent ton travail ?
Oui, je voyage pas mal… Je voyage avant tout par curiosité, par envie de me confronter à d’autres cultures, de découvrir nourriture et paysages inconnus. J’ aime observer les villes que je visite : les affiches, l’architecture, la lumière, la nature… Je tiens souvent un carnet de voyage qui me permet de prendre des notes et de dessiner ce que je vois.
Ces notes enrichissent mon vocabulaire graphique.

carnet de voyage nouvelle zélande

carnet de voyage hong kong

Quel est le pays où tu rêverais d’habiter ?
Il y a quelques années j’aurais dit le Japon, mais après l’avoir visité plusieurs fois je me rends compte que je ne pourrais pas y vivre plus d’un an… (même si j’adore ce pays !). En ce moment je me sens attirée par les Etats-Unis (côte Ouest), mais ce ne serait que pour quelques années…
En définitive je me plais en Australie. Je me vois bien y vivre et y vieillir. On n’a que deux mois d’hiver, les espaces sont grands (fini le stress du métro !), il y a énormément de parcs à Melbourne, les gens sont extrêmement gentils et avenants et la scène culturelle et artistique y est foisonnante. Sans parler des milliers de restaurants…

carnet de voyage japon

carnet de voyage lisbonne

Sur ton blog tu fais de nombreuses références à la musique, quel rôle cette dernière dans ton travail ?
La musique est assez importante dans mon travail. J’ai une série appelée Pan et Chat qui a été publiée chez Gallimard jeunesse Giboulées où j’abordais le thème de l’amitié sur fond de musique jazz (comme dans les vieux dessins animés américains). J’ai aussi écrit une chanson pour Kumisolo intitulée Le Fondant Au Chocolat. C’est tout simplement la recette en chanson !

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
En ce moment, je travaille sur un album pour la super maison d’édition canadienne Comme des Géants. La sortie est prévue pour la fin de l’année 2014… Je ne peux pas en dire plus…
Côté projets personnels, je travaille également sur le tome 3 des Trois Grains De Riz (une série de bande dessinée publiée chez Gallimard jeunesse Giboulées où j’évoque mon enfance) et aussi sur mon troisième livre de recettes de cuisine que je co-signe avec mes deux sœurs, qui sera publié aux éditions Alternatives.

recettes des 3 soeurs

publication pan et chat

livre trois grains de riz

Plus d’images de Aki.

CHARLIE POPPINS pour Hermès

Suite à son travail pour l’application Hermès Tie Break, nous avons échangé quelques mots avec Charlie Poppins.

application hermes tie

Peux-tu nous en dire un peut plus sur ton travail pour Hermès Tie Break ?
L’équipe qui a développé l’application Hermès cherchait a créer du contenu original. Il avaient déjà du graphisme, de la video et des boucles en gif animé.
Ils étaient a la recherche de quelqu’un qui puisse leur proposer du dessin d’humour autour de l’univers Hermes. Nous nous sommes donc rencontré et ils m’ont donné un ensemble de mots clés représentatifs de l’esprit qu’il cherchaient. « Cravate, réunion, bateau, tennis, nouvelles technologies, etc. » À partir de là je leur ai esquissé une vingtaine d’idées afin qu’il en gardent dix pour l’application.

hermes rough

charlie poppins drawing

Est-tu maintenant passé maître dans l’art de nouer les cravates ?
J’ai appris oui. Mais je dois avouer que je garde un petit livre dans ma penderie qui explique les différents noeuds de cravate…

charlie poppins hermes

Quelles sont tes inspirations (graphiques ou non) ?
Tous les gens que j’admire sont listés sur mon site, mais si je dois garder une liste courte ce serait : Sempé, le new yorker, Mad magazine, Gary Larson, Voutch et Chas Addams.

hermes cravate

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
J’ai eu une autre commande pour Bouygues immobilier. Idem, du dessin d’humour avec légende. Mais je travaille surtout sur la sortir de mon livre chez Dargaud a paraître début Octobre 2014. Il y aura d’ailleurs une exposition d’originaux a la galerie Michel Lagarde mi-Octobre. Il faut venir car il y aura beaucoup de choses autour de l’univers de Charlie Poppins et des goodies créés spécialement pour l’occasion.

dessin cravates hermes
Plus d’images de Charlie Poppins .

Entretien avec Tom Schamp

Rencontre avec Tom Schamp, qui nous parle de ses dernières productions.

À l’occasion de la sortie du livre Otto Groot, Otto Klein, nous avons posé quelques questions à Tom Schamp qui nous parle de ses récents projets.

otto tom schamp

Qui est Otto ?
Otto est un p’tit personnage anthropomorphe entre chat & souris (un peu comme Cobi, la mascotte dessinée par Javier Mariscal pour les Jeux Olympiques de Barcelone de 92). J’avais ce t-shirt quand j’avais 20 ans (le jeune personnage à droite sur l’image est donc un « otto-portrait »).
Il découvre le monde depuis une fenêtre (de voiture ou parfois d’avion), accompagné et conduit par son papa qui a toujours envie d’expliquer les choses.
La série d’environ 6 livres a été traduite en une dizaine de langues et consiste principalement de livres à lire « en boucle » (aller-retour).

tom scamp livre

tom schamp illustration

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton livre Otto Groot, Otto Klein ?
Ce livre carré n’est pas à lire en boucle ;-)
Dans Otto Groot, Otto Klein (Otto Grand, Otto Petit), Otto et son Papa visitent une ville et en note les ambivalences.
Otto a grandi et comprend maintenant une bonne partie des choses qui l’entourent.

tom schamp dessin

tom schamp livre

Comment s’est déroulé le travail sur ce projet ?

  1. Tout d’abord on a acheté une grande planche de 1,40m de large dans un magasin de bricolage.
  2. dessin planche

  3. J’ai dessiné sur la planche un plan de ville monochrome (aucune ressemblance avec Bruxelles préméditée).
  4. Kodachrome

  5. J’ai coloré le dessin en Kodachrome acrylique.
  6. Kodachrome photo

  7. Une fois photographiée, j’ai identifié une dizaine d’endroits où je pouvais créer des quartiers pour situer l’action.
  8. illustrations panneaux

  9. On a indiqué par des flèches placées un peu partout les directions des ambivalences.
  10. paysage tom schamp

    illustration belge

    dessin ville belge

  11. À la fin du livre on peut déplier une grande carte pour voir où on est passé « avec l’Otto »…

illustration plan

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur de nouveaux détails pour une image réalisée pour un site visant à promouvoir la côte Belge. Je donne mon interprétations de structures ou de bâtiments que l’on peut trouver sur place.

Lorsque j’aurai fini ce boulot je travaillerai sur un tableau de tendances pour les nouveaux bâtiments de la télévision publique. En septembre je sors également une nappe de table, une boîte de biscuits, une affiche d’événement et quelques grands tableaux. En attendant je bosse sur deux autres livres (un en Français pour Milan et un en Allemand pour Hanser).

dessin wim delvoye

OLIMPIA ZAGNOLI pour le New York Times

Olimpia Zagnoli a dessiné une illustration pour le journal Américain New York Times.

Olimpia Zagnoli New York Times

NY Times :

Pour son numéro du 4 Juillet 2014, le NY Times a fait appel aux talents de l’illustrateur Olimpia Zagnoli afin d’illustrer un article traitant des raisons qui pousse les individus à prendre des decisions.
Dans cet article, le journal Américain nous révèle les secrets qui se cache derrière la réussite de nos actions. Un sujet plutôt abstrait et pas forcément simple à illustrer.

NY Times

Un brief complexe :

Olimpia Zagnoli a su relever le défit lancé par le NY Times. L’illustrateur a créé une image qui répond avec simplicité et efficacité à un brief plutôt complexe. L’illustration accompagne avec justesse un article par ailleurs très intéressant et que les anglophiles peuvent découvrir ici.
Plus d’images de Olimpia Zagnoli .

journal Américain

Rockaway Beach par JEAN JULLIEN

Jean Jullien a dessiné le programme estival de Rockaway Beach.

Rockaway Beach Jean Jullien
Découvrez la couverture du programme estival de Rockaway Beach dessiné par Jean Jullien.

Rockaway beach :

Des surfeurs aux nageurs en passant par les Ramones, tout le monde veut sa part de la fameuse plage New Yorkaise.
Loin du tourisme de masse que l’on trouve à Conny Island, c’est à Rockaway beach que les New Yorkais retrouvent le véritable esprit estival. Ici les surfeurs et les vacanciers se retrouvent le week end autour de barbecue en plein air, autour d’une bière bien fraîche (ou d’un jus de fruit tout juste pressé) posés devant un DJ qui vous refait l’historique de Bob Marley. Ici l’ambiance et relax, et on se repose aux rythme des activités proposées dans le programme du Rockaway Summer.

plage de Rockaway
Bienvenue sur la plage de Rockaway.
guide des coups des soleils
Pour l’occasion, Jean Jullien a également illustré un guide des coups des soleils.

Rockaway Summer :

Une randonnée cycliste, une expo en partenariat avec le MoMa ou encore la journée du club des aviateurs ? Pas de soucis, c’est dans le programme Rockaway.
Pour le premier numéro de leur guide estival, les commerçants des plages ont décidé de faire fort. Un programme Rockaway dessiné par notre ami Jean Jullien. L’artiste et illustrateur a en effet réalisé le visuel du tout premier programme Rockaway. Un objet déjà collector donc, que tout le monde ne pourra pas découvrir sur place, mais que vous pouvez découvrir dès aujourd’hui sur le blog d’Illustrissimo.
Vous pouvez également retrouver le programme des activités sur le site de Rockaway Summer.
Plus d’images de Jean Julien .

plage New Yorkaise
Tout au long de l’été, surfeurs, familles, nageurs et citadins en week-end se retrouvent sur la plage New Yorkaise.
jolies New Yorkaises
Les jolies New Yorkaises sont déjà fan du travail de Jean Jullien.

Romans noirs vu par MARTIN JARRIE pour le Nouvel Observateur

Martin Jarrie nous fait partager son amour pour le roman noir dans sa nouvelle série d’illustrations pour le Nouvel Observateur.

Entretien exclusif avec l’illustrateur qui nous raconte la genèse et le déroulement de ce projet.

martin jarrie nouvel observateur

Peux tu pour chacune des images donner un résumé de 3 lignes et ce qui t’a inspiré dans le choix du livre à illustrer ?
L’illustration d’ouverture du dossier polar est une illustration générique. Je ne me suis pas inspiré d’un roman en particulier. J’aimais bien cette représentation du détective entre Hamlet et le penseur de Rodin !
J’aime beaucoup les romans noirs. J’en ai beaucoup lus. Mes goûts sont très éclectiques : Ellroy, Elisabeth Georges, Ross Mac Donald, Van Gulik, etc… J’en lis beaucoup moins maintenant à l’exception de James Lee Burke dont je ne me lasse pas !
Pour la deuxième illustration polar, je suis parti d’une phrase de l’article « Mauvaises Eaux » et du titre bien sûr. La phrase dit: « L’une porte des marques étranges, l’autre est parsemée de fleurs américaines ». Et puis j’ai pensé à toutes ces jeunes héroïnes de romans noirs dont le destin est tranché comme une fleur coupée.
L’illustration des récits de voyage m’a été inspiré par l’histoire de ces deux américaines parties faire le tour du monde, chacune de leur côté, deux femmes mappemonde en quelque sorte.
Pour l’illustration des best-sellers, je me suis appuyé sur l’article concernant Arto Paasilinna. J’ai lu deux livres de lui, Le lièvre de Vatanen et Le Meunier Hurlant, qui m’ont beaucoup amusé. J’en ai aimé l’absurdité et la fantaisie.
Pour les livres d’humour, j’ai tout de suite été attiré par le titre du roman de Roland Topor (que je n’ai pas lu). J’ai toujours aimé la grande liberté et la grande force de ses dessins. C’est avec Tomi Ungerer un de mes dessinateurs préférés.
Quant à l’illustration pour les poches, il n’y a pas grand chose à en dire. Le titre parle de lui-même : Neuf Plans Cultes !

Nouvel Obs martin jarrie
Martin Jarrie a dessiné une série d’illustration pour le Nouvel Obs.
illustration polars
Pour cette série, Martin s’est inspiré de l’univers des polars.

Depuis quelques années ton travail de plus en plus libre s’est orienté vers des projets d’édition, et d’expositions. Quelle marge de manoeuvre as tu pour des images de presse de ce type et la littérature est il un bon sujet pour toi ?
En général je me sens assez libre pour des illustrations de presse qui concerne la littérature. En l’occurence, Serge Ricco m’a laissé toute liberté.
J’aime beaucoup illustrer des articles sur la littérature. Un titre, un résumé de livre suffit à faire surgir des tas d’images. Je pense par exemple au livre de Daniel Pennac, Journal d’Un Corps. Télérama m’avait demandé de faire une illustration.
Je ne l’avais pas lu mais que d’images ce seul titre faisait naître (et c’est toujours le cas !). Depuis je l’ai lu et ce n’est pas du tout ce que j’avais imaginé !!

romans noirs
Lui-même amateur de romans noirs, Martin Jarrie a pris beaucoup de plaisir dans l’exécution de cette commande.
résumé de livre
Souvent, un titre ou un résumé de livre a suffit à faire surgir des tas d’images chez l’artiste.

Quel est ton prochain projet d’édition et quel serait le projet idéal dans ce domaine ?
J’aime bien qu’un projet de livre personnel me donne l’occasion de peindre, travailler en volume, utiliser d’autres techniques et d’autres matériaux que ceux que j’utilise pour l’illustration.
C’est dans cet esprit que j’avais réalisé l’Alphabet fabuleux et Rêveur de Cartes, tous deux parus chez Gallimard Giboulées. J’aimerais me lancer dans un nouveau projet du même ordre, peut-être quelque chose entre le catalogue Manufrance et le catalogue Carelman mais pour l’instant ça n’avance pas.
Un projet « idéal », c’est peindre, sculpter, bidouiller et qu’au bout du compte toutes ces réalisations deviennent les images d’un livre avec un texte de moi ou de quelqu’un d’autre.
J’ai d’autres projets de livre en cours,un avec les éditions Notari et un projet de livre de souvenirs d’enfance (et au-delà) avec Les Fourmis Rouges.

Plus d’images de Martin Jarrie .

lectures estivalles
Une belle série d’illustrations pour vous accompagner dans vos lectures estivalles.

ALEX TROCHUT présente l’exposition Think Twice à Brooklyn

Le 8 Août 2014, Alex Trochut présente son exposition solo Think Twice chez Kinfolk à Brooklyn, New York.

Kinfolk 94 Brooklyn
Flyer de l’exposition présentée à partir du 8 Août chez Kinfolk 94 à Brooklyn, New York.

Think Twice :

Suite à la publication de son livre More Is More, Alex Trochut a commencé à explorer les limites du travail en deux dimensions sur papier. Il a inventé un procédé permettant de montrer deux images totalement différentes sur un même support. Les images apparaissent alternativement en fonction de l’éclairage. Une image apparaît sous la lumière, tandis qu’une autre apparaît dans l’obscurité.

Alex Trochut
Sous la lumière, les oeuvres d’Alex Trochut présente une images…
image obscurité
… et les oeuvres révèlent une image différente dans l’obscurité.

Kinfolk 94 :

Un procédé intéressant et innovant donc, présenté en Mai dernier chez Colette à Paris.
Le 8 Août 2014, Alex Trochut présentera son exposition pour la première fois aux États-Unis. Think Twice, A Binary Print Exhibition ouvrira ses portes chez Kinfolk 94 à partir de 19h, au 94 Wythe Ave à Brooklyn, New York. L’entrée est gratuite, et ceux d’entre vous qui auront la chance d’être sur place pourront apprécier les oeuvres d’Alex Trochut accompagnées d’un set des Djs Ricky Gámez (STP) et Darelectric.
Découvrez dès à présent les images de l’exposition Parisienne qu’Alex Trochut à montré chez Colette, en attendant les photos de l’édition New Yorkaise.
Plus d’images de Alex Trochut .

exposition Alex Trochut
L’exposition est l’occasion pour Alex Trochut d’explorer les limites du papier en 2 dimensions.
expo Think Twice
Les images de l’expo Think Twice révèlent leur dualité en fonction de l’éclairage.