Le festival les Inrocks par EMMANUEL ROMEUF

Emmanuel Romeuf a réalisé l’affiche de l’édition 2014 du festival de musique Les Inrocks. Retour avec lui sur cette collaboration réussie.

Emmanuel Romeuf festival Inrocks

Comment s’est déroulé ta collaboration avec l’édition 2014 du festival Les Inrocks ?
J’avais d’abord été contacté par Laurent Barbarand (le DA des Inrocks) pour faire une couverture des Inrocks IN sur la Suisse. Et puis quelques mois après, Laurent m’a proposé de travailler sur le visuel du festival. Le brief était libre mais Laurent avait en tête une sorte de visuel iconique associé au cartouche Les Inrocks Festival. L’idée était que cela puisse se décliner facilement sur tous les supports tout en restant fort et identitaire. C’est une approche assez pragmatique mais au final cette contrainte a été stimulante. J’avais un peu peur de tomber dans un dessin banal posé à côté du cartouche sans interaction. Il a fallu que je trouve une solution pour que ce visuel soit vivant et responsive… Après plusieurs propositions, le visuel de la fille aux cheveux infinis a retenu notre attention. Il y avait là le côté rock et glamour qu’on recherchait, mais aussi une solution graphique adaptable à tous les supports avec ses cheveux extensibles à l’infini.

affiche de l'édition 2014 du festival des Inrocks
L’affiche de l’édition 2014 du festival des Inrocks dans le métro parisien.

Quelles ont été tes sources d’inspiration pour cette affiche ?
J’ai été inspiré par la mode clairement. J’avais encore en tête la collection de Christopher Kane avec ses imprimés Galaxy mais aussi Magritte, ce qui a donné ce twist inattendu et poétique au visuel. L’imprimé s’est donc déplacé des vêtements vers les cheveux. Improbable mais intrigant… Et puis la mode m’a aussi donné l’idée d’utiliser la fille pour en faire un motif. Là encore, c’était une solution graphique pour garder « l’icône » de départ tout en s’adaptant aux différents formats des supports. Et puis, maintenant que tu me poses la question, j’avais pas fait le lien en réalisant l’image, mais il y a peut être aussi l’influence de Raiponce des Frères Grimm avec ses cheveux qui poussent à l’infini.

Inspiration Emmanuel Romeuf

Y a t-il des musiciens de cette nouvelle édition du festival que tu apprécies particulièrement ?
J’avais découvert Isaac Delusion avant l’été et leur album m’a accompagné tout l’été. Le chanteur a une voix charismatique et les mélodies sont envoutantes. J’adore ! Et puis, j’ai beaucoup écouté le dernier album de Chet Faker, Built On Glass. Très bon aussi! Sinon, j’aimerais voir en live Cassisus et Brodinski pour danser toute la nuit !

Emmanuel Romeuf influence

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Actuellement, je poursuis ma collaboration avec Samsung. J’avais déjà collaboré avec eux en début d’été sur une série d’illustrations pour une machine à laver, puis une deuxième collaboration pour des aspirateurs et aujourd’hui il s’agit d’un purificateur d’air. A suivre. Sinon, j’ai un projet d’illustration de couverture avec Marie Claire, quelques illustrations pour The Good Life et In Extenso, et parallèlement je suis en train de concevoir et développer l’identité visuelle du designer Mathieu Lehanneur.

christopher kane galaxy inspired
Les imprimés Galaxy du créateur Christopher Kane ont influencé Emmanuel Romeuf.

Plus d’images de Emmanuel Romeuf .

poster festival Inrocks 2014

CHARLIE POPPINS fait le strict maximum

Charlie Poppins revient pour Illustrissimo sur la parution de son livre Le Strict Maximum chez Dargaud.

chalie poppins le strict maximum couverture

Peux-tu nous présenter en quelques mots ton nouveau livre chez Dargaud ?
​Avant d’être nouveau, c’est surtout mon premier. Pour vous présenter rapidement mon livre je dirais simplement que c’est un livre de dessins d’humour légendés. C’est à dire que chaque page représente une histoire ou une situation complètement différente de la page suivante. On est donc dans un univers plus proche de Gary Larson, Chas Addams, Voutch ou Sempé que d’une bande dessinée classique comme Tintin ou Asterix.

planche charlie poppins

Comment s’est monté ce projet ?
J’avais passé quatre années à faire ces dessins à coté de mon boulot de réalisateur de film d’animation. Je les avais mis sur un blog et les retours que j’en avais était très positif. Il m’est apparu comme une évidence d’essayer de les proposer à un éditeur. Par chance, j’ai croisé le chemin de Pauline Mermet (éditrice chez Dargaud) via Marion Montaigne et les choses se sont faites très naturellement. Elle a proposé ces dessins en interne et tout le monde l’a suivi. Ce qui était le plus fou, c’est que ce livre est totalement hors collection. On a donc fait une réunion où tout le monde s’est tourné vers moi en me demandant ce qui me ferait plaisir. Le format, le papier, la couverture, etc. J’ai d’abord cru que j’étais filmé et que tout ceci était un coup monté mais non, Pauline (Mermet) m’a vraiment laissé une liberté totale.

charlie poppins le strict maximum

Que peut-on espérer voir dans ce livre ?
​Chacun se fera juge mais j’ai essayé de ​​​remettre au gout du jour un style que j’affectionne beaucoup, à savoir le dessin d’humour. En une seule et unique case, essayer de proposer une idée ou une situation qui doit déclencher un sourire.
Comme je l’avais lu dans le livre « La passion du dessin d’humour »​ (Martine Gossieaux)​, Philippe Caubet rapproche ​cette forme de dessin à ​un ​aphorisme.​ Je trouve ça assez juste. On retrouve aussi ça dans le stand up avec les punch line. Le but du jeu est d’exprimer une idée de façon drôle et sans détour.
Mes dessins peuvent donc être très classiques comme du Bosc ou du Chaval mais j’essaie aussi de jouer avec des codes très actuels de la pop culture (les jeux video, les daft punk,…)

chalie poppins le strict maximum vernissage

Comment s’est passée la collaboration avec Dargaud ?
​Très bien ! Comme j’ai dit plus haut, j’ai eu la liberté que j’aurais pu avoir chez un indépendant mais avec les moyen​s d’un gros éditeur. Tout s’est très bien passé dans une excellente ambiance.

vernissage galerie michel lagarde

Peux-tu nous parler de ​ton expo à la galerie Michel Lagarde ?
​Elle a commencé mi-Octobre et se termine le 22 Novembre 2014 par un finissage (l’inverse d’un vernissage) de 14h à 16h. Vous pouvez découvrir les photos du vernissage sur le site de Michel Lagarde. L’exposition propose de voir une vingtaine d’originaux et de reproduction, d’acheter le livre sur place et de voir tout un ensemble d’objets et de goodies que j’ai fait faire pour l’occasion. Il y a un « atelier tampon » grace auquel vous pouvez repartir avec un original que vous faites vous même. Il y a des totes bags, des poupées en lin, des affiches détournées, des mugs, des porte-clé vintage,… Il y a même un distributeur de bonbon PEZ qu’un ami a fait pour l’occasion. Bref, il y a tout l’univers « Charlie Poppins » mais sous forme d’objets.

Planche originale Charlie Poppins
Planche originale de Charlie Poppins.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
En tant qu’illustrateur, je finis ma serie « Que sont-ils devenus? » pour le Professeur Cyclope en fin d’année. J’aimerais l’étoffer pour proposer un livre aux éditeurs pour le début d’année prochaine.
En tant que réalisateur, je viens de finir le générique du prochain Asterix (« Le domaine des Dieux ») qui sort le 26 novembre au cinéma.

Plus d’images de Charlie Poppins .

ALEX GREEN nous fait visiter Séville

Alex Green répond à nos questions concernant sa série d’illustrations sur la ville de Séville.

alex green illustration seville

Pourrais-tu nous présenter ta série sur Séville pour Le Parisien Magazine?
J’ai réalisé cette série d’illustrations pour accompagner un sujet sur la ville de Séville. Je souhaitais donner aux images un côté documentaire avec une touche d’humour grinçant et des détails inattendus. Ces images constituent la seconde série de reportages que je fais pour le magazine. La première série était sur la ville de Belfast en Ireland.

alex green seville flamenco

Quel était le cahier des charges pour cette série sur Séville ?
Le brief était vraiment très simple. Il s’agissait de dessiner plusieurs sites touristiques et des visiteurs de la région de Séville.

alex green illustration seville

Comment travailles-tu sur ce genre de commandes ?
Pour ce type de commandes, j’aimerai beaucoup pouvoir me rendre dans la ville concernée afin de dessiner directement sur place, mais les contraintes de temps et de budget m’obligent à travailler à partir de références que je glane sur Internet. Je tente cependant de garder ce côté « dessiné sur le vif » afin de traduire l’énergie du travail réalisé sur le terrain, et j’adopte par ailleurs le point de vue d’un touriste qui vient d’arriver sur le site.

illustration seville

Que prépare Alex Green d’ici la fin de l’année 2014 ?
J’ai plusieurs projets en cours, en dehors de ce genre de commandes éditoriales. Je travaille actuellement sur des images pour Le Parisien et j’espère commencer bientôt une série de peintures murales pour le Whittington hospital à Londres. Vous pouvez voir les premières images de cette série sur le site d’Illustrissimo.

illustration documentaire ville seville

Plus d’images de Alex Green .

SÉVERINE ASSOUS fait la couverture de La Tête Ailleurs de Nicolas Bedos

Séverine Assous nous parle sa collaboration avec les éditions Points (Seuil) sur la couverture de roman qu’elle a dessinée pour le roman de Nicolas Bedos.

couverture nicolas bedos la tete ailleurs

Peux-tu nous parler de cette couverture de livre que tu viens de dessiner ?
C’est une illustration pour le nouveau roman de Nicolas Bedos intitulé La Tête Ailleurs et paru aux éditions Points (Seuil).

Quelles étaient les spécificités de ce travail ?
J’avais tout d’abord très peu de temps pour réaliser cette commande, avec seulement dix jours entre le brief et l’impression. Cette urgence était due en grande partie à la difficulté qu’ils avaient à trouver la bonne idée.
Comme pour les deux précédents livres de Nicolas Bedos l’éditeur avait proposé une couverture photo, mais visiblement cette idée ne plaisait pas à l’auteur. Ils ont finalement décidé de faire réaliser une illustration afin d’ajouter une dimension métaphorique et humoristique.
La deuxième contrainte était dans le format. L’image devait fonctionner à la fois en pleine page, mais aussi sur les deux-tiers supérieurs de la couverture puisque le livre est vendu entouré d’un bandeau.

couvertures romans nicolas bedos

Comment s’est passée la collaboration avec l’éditeur ?
Pour les raisons que je viens d’évoquer, l’auteur avait une idée très arrêtée de ce qu’il désirait. Virginie Perrollaz, la directrice artistique, m’a donc fourni un brief assez directif.
Dans ce livre, Nicolas Bedos raconte une année de sa vie alors qu’il est fou amoureux et que la France est en crise. Mais lui s’en fout car il a la tête ailleurs.
Je devais faire figurer sa silhouette en costume noir, cravate dénouée, la tête remplacée par un cœur balafré. En arrière plan on devait voir un univers urbain en pleine révolution. Tout cela avec un trait élégant et dans des couleurs franches et vives.
Cela dit l’éditeur et l’auteur étaient prêts à essayer des choses, comme par exemple la typo dessinée à la main que j’ai proposée.

Qu’as-tu appris sur Nicolas Bedos en travaillant sur ce livre ?
Pas grand chose car je n’ai malheureusement pas encore eu le temps de lire son livre… Plus sérieusement, j’étais étonnée qu’il choisisse une illustration alors que les couvertures de ses deux précédents romans sont très classiques, avec chaque fois un portrait photo noir et blanc qui le met en valeur.
Il se prend peut-être moins au sérieux ? Même si lors du brief on a insisté pour que je lui fasse une silhouette élégante…

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur une série de dessins pour le magazine Elle autour du quartier des Invalides. J’enchaine avec livre sur les robots, à paraître chez Actes Sud début 2015.

Plus d’images de Séverine Assous.

JEAN JULLIEN nous présente son livre Ralf

Jean Jullien nous parle de la sortie de son premier livre intitulé Ralf et sorti aux éditions Comme des Géants fin Septembre 2014.

couverture livre ralf

Peux-tu nous présenter en quelques mots ton premier livre ?
Ralf est l’histoire d’un chien saucisse qui prend trop de place. Un jour il se coince le derrière dans la porte et son corps commence à s’allonger, ce qui va se montrer assez utile au final.

poster livre ralf jean jullien

Comment est venue l’idée du livre ?
Très simplement, j’adore les chiens et en dessine souvent. La texture, les différentes formes et leur comportement tragi-comique en font des sujets fascinants. Pour mon expo Allo? j’avais fais le visuel ci-dessous, que j’ai décidé de pousser en une petite histoire.

dessin livre ralf comme des geants

Peux-tu nous décrire le processus d’élaboration de ce projet ?
Ce fut assez standard en fait, j’avais l’idée de base qui était que ce chien avait un corps allongé à l’infini et j’ai ensuite cherché ce qui aurait put causer ça et travailler l’histoire autour de ce point.

illustration comme des geants jean jullien

Comment s’est passé la collaboration avec l’éditeur ?
La collaboration avec Comme des Géants s’est passée très naturellement. J’avais déjà la majeure partie du livre de prête mais nous sommes tombés d’accord pour dire que la fin pouvait être améliorée. Ils ont suggéré mon copain Gwendal le Bec, qui est un auteur génial et qui à fait office de script doctor et qui a mis les textes en formes.

livre ralf jean jullien

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
La campagne des 20 ans de l’eurostar, la refonte du magazine Fricote, la campagne de noël de Mr Porter, un slot régulier dans The Guardian, une collaboration avec Case Studyo, une série animée et 4 expos d’ici mai 2015.

lecteur editions comme des geants

Plus d’images de Jean Julien .

OLIMPIA ZAGNOLI nous parle de son travail sur Le Magicien d’Oz

Olimpia Zagnoli nous parle de la sortie du livre Le Magicien d’Oz chez Rockport, projet sur lequel elle a travaillé durant plus d’un an.

Le Magicien d'Oz Rockport

Que ressent-on lorsque l’on travaille sur un classique de la littérature vieux de plus de 100 ans ?
C’est difficile ! Il s’agît de se débarrasser respectueusement de tout ce qui a été fait par le passé afin d’essayer d’exprimer un point de vue original sur une des histoires les plus connues de notre époque.

Le Magicien d'Oz Olimpia Zagnoli

Peux-tu nous en dire davantage sur la manière dont tu travailles ?
J’effectue tout d’abord beaucoup de recherches préliminaires. Dans le cas du Magicien d’Oz cette phase de recherches a duré près d’un an, avant de parvenir finalement à la solution qui me satisfait. J’ai été inspiré par le Bauhaus et l’esthétique de groupes de musique tels que Devo, Kraftwerk ou encore Talking Heads. J’ai commencé par faire de nombreuses esquisses et beaucoup de tests de couleur pour finalement parvenir à ce résultat minimaliste.

Olimpia Zagnoli illustration

Pourquoi justement avoir choisi d’utiliser cette palette de 3 couleurs sur l’ensemble du livre ?
Je voulais une touche précieuse qui apporterait au Magicien d’Oz un côté glamour, et c’est pour cela que j’ai choisi l’or. Je souhaitais également rester dans la tradition du livre et j’ai donc choisi le vert. Le noir m’a aidé a lier l’or et le vert, tout en soulignant les atmosphères parfois sombres que l’on trouve dans l’histoire.

Le Magicien d'Oz illustration

As-tu tout de même été influencée par l’imagerie généralement associée au Magicien d’Oz ?
J’ai essayé d’éviter les références à ce qui a été fait par le passé, si ce n’est à travers l’utilisation de la couleur verte. Ma Dorothy est une fille indépendante portant les cheveux courts et entourée de créatures du genre Tangram ainsi que d’un teckel.

The Wonderful Wizard of Oz

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur une exposition de sculptures, de mobiles et d’autocollants géants qui se tiendra à Düsseldorf en Allemagne.

Plus d’images de Olimpia Zagnoli .

COLCANOPA collabore chaque semaine avec Le Parisien Magazine

Colcanopa nous fait entrer dans les coulisses de sa collaboration hebdomadaire avec Le Parisien Magazine.

parisien magazine illustration

francois hollande caricature

Peux-tu nous en dire plus sur ton travail pour Le Parisien ?
Depuis un an et demi, je réalise chaque semaine un dessin éditorial pour le Parisien Magazine (le supplément week-end du Parisien). Le dessin n’a pas vraiment de thème imposé. J’illustre l’actualité au sens large (politique,société,environnement etc…) et sans restriction, tout en essayant de respecter la ligne indépendante et accessible du magazine. Le dessin est publié sur une pleine page en ouverture du magazine. Dans le contexte difficile de la presse en général et de l’illustration de presse en particulier c’est un vrai luxe pour un dessinateur.

colcanopa dessin parisien magazine

colcanopa brouillon

Peux-tu nous décrire en détail ton processus de travail avec je journal ?
À la différence de mes autres collaborations presse où la deadline est souvent très courte (quelques heures pour le Monde par exemple), le processus de création pour le Parisien Magazine s’étale sur plusieurs jours. Nous discutons tout d’abord avec le rédacteur en chef qui me communique notamment le sommaire du prochain numéro. Je propose ensuite 2 ou 3 essais qui sont présentés à l’ensemble de la rédaction. Parfois je tape juste et ils prennent le dessin tel quel, et je le finalise alors dans la foulée. Parfois il aiment l’idée mais me demandent de la retravailler afin de l’améliorer. Dans ce cas c’est plus compliqué. Il ne s’agît pas de changer une couleur ou une police. Enlever (ou ajouter) du texte dans une illustration, insister trop sur un effet ou modifier la composition peut en effet casser l’équilibre d’un gag et faire disparaitre l’humour du dessin… Il vaut mieux alors repartir de zéro.

colcanopa illustration

francois hollande illustration

Le rythme hebdomadaire de cette collaboration influe t-il sur ta façon de travailler ?
Ce qui change surtout avec ce rendez-vous hebdomadaire, c’est le coté madame Irma de l’exercice. En effet le dessin est souvent bouclé une semaine avant la date de publication, et il faut donc essayer de trouver un thème qui sera toujours valable quand le lecteur ouvrira le magazine.

colcanopa dessin le parisien magazine

Que faut-il attendre de Colcanopa d’ici la fin de l’année 2014 ?
D’ici la fin de l’année? En parallèle de mon travail pour la presse papier, j’expérimente des déclinaisons numériques de dessins de presse… J’espère également avancer enfin sur la bande dessinée que j’écris avec un copain. Il s’agit d’un thriller agroalimentaire avec des insectes (hum…).

colcanopa bande dessinée

Plus d’images de Colcanopa.

ALEX TROCHUT signe une campagne pour Foot Locker

Alex Trochut a signé une campagne publicitaire pour Foot Locker.

L’illustrateur Espagnol revient pour Illustrissimo sur cette collaboration tout en rayures.

alex trochut

Pourrais-tu nous présenter ta nouvelle série d’images pour Foot Locker ?
Il s’agît d’une série d’illustrations commandée par AMV BBDO. L’agence Abbott Mead Vickers m’a demandé de réaliser un mix entre les uniformes des employés des magasins Foot Locker et les classiques de leurs chaussures de tennis les plus connues.

foot locker

alex trochut foot locker

Parle nous de la manière dont s’est déroulée la collaboration avec l’agence AMV BBDO…
Le cahier des charges était clair quant au style qu’ils attendaient de moi. L’idée était de créer une série avec comme référence visuelle les illusions optiques, mais traitées de manière à ce que chaque modèle de chaussure reste reconnaissable.

nike illustration

Lacoste shoes drawing

Fais-tu parti de ces aficionado qui collectionnent tous les modèles de chaussures de tennis ?
Je crois que je suis en train d’attraper le virus. En tous cas une chose est sûre, depuis que j’ai terminé ce projet mon placard à chaussure s’est carrément rempli !

Converse sneakers artwork

vector art shoes

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Ces temps-ci, je travaille sur une série de posters pour une marque de voiture Italienne, une campagne papier pour des boutiques aux États-Unis, je bosse aussi sur l’étiquette d’une bouteille de CAVA, et une pochette pour Alagoas, une groupe indé originaire de Brooklyn.

Nike air dessin

Plus d’images de Alex Trochut .

Les dinosaures de SÉVERINE ASSOUS

Nous avons posé quelques questions à Séverine Assous qui nous parle de la sortie de son Cahier Des Dinosaures chez Actes Sud.

livre cahier des Dinosaures

Pourrais-tu nous présenter en quelques mots ce Cahier des dinosaures ?
Il s’agît d’un grand cahier de 48 pages à l’intérieur duquel chaque double page aborde un thème particulier : l’environnement, la reproduction, la survie, l’alimentation, etc.
Les pages de gauche sont informatives tandis que celles de droite sont réservées à des jeux sur un papier épais qui permet de dessiner, colorier, relier, imaginer.
Un livre ludique, quoi.

actes sud

Carina Louart

Comment s’est déroulé la collaboration avec l’auteure Carina Louart ?
Quand j’ai commencé à travailler sur le projet, Carina avait déjà effectué un gros travail journalistique. Quasiment tous les textes étaient prêts et je n’avais plus qu’à imaginer leur meilleure interprétation.
Le seul problème était que j’étais alors complètement novice sur le sujet, et que les images de dinosaures qu’on trouve sur internet sont souvent délirantes. En outre je ne trouvais rien sur certaines espèces.
Carina m’a donc fourni pas mal de documents ou me corrigeait quand mon interprétation n’était pas juste, car si l’expression du livre est assez libre, le propos est rigoureux.

Dinosaures severine assous

artwork dinausaure

Tu ne connaissais donc pas vraiment l’univers des dinosaures avant de te lancer dans ce projet ?
En effet, mon savoir se limitait à un vague souvenir de Jurassik Park. Je n’étais même pas au courant de la collision avec cet astéroïde qui a plongé la surface de la terre dans l’obscurité pendant plusieurs mois. Mais l’éditeur avait dû pressentir en moi des affinités avec ces créatures.

dessin severine assous

Retour à la lumière. Que peut-on attendre de Séverine dans les mois à venir ?
Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas illustré de livre jeunesse. Je n’étais pas très à l’aise pour m’adresser au jeune public. La maternité aidant, je crois que je suis désormais mûre, et j’ai maintenant envie de faire plus de livres pour les enfants. J’aimerais également finir un projet de livre que j’ai commencé il y a 2 ans et qui traite justement de la maternité.

illustration Dinosaures

Plus d’images de Séverine Assous

Roland Garros par MAUMONT

Maumont revient pour nous sur sa série d’illustrations sur Roland Garros, et nous parle de ses projets à venir.

dessin roland garros ramasseur de balles

Peux-tu nous présenter en quelques mots ta série sur Roland Garros ?
L’été j’aime bien mettre Roland Garros en fond sonore quand je travaille. Déjà parce que c’est une compétition calme à écouter et ensuite parce qu’il y a quelque chose de comique dans le tennis.
Par exemple, les tennismen ont un bras plus gros que l’autre. ​Cela su​f​fit à me faire rire. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai ​dessiné​ une très grosse balle sur mes ​illustrations​. Leurs gros bras musclés peuvent la frapper sans problème.
Le tennis est un sport très graphique et ses couleurs me plaisent: l’ orange vif de la terre battue, le turquoise ​,​ le jaune fluo de la balle ​et le blanc tranchant des lignes du terrain.
J’ai pour habitude de faire mes contours à l’encre de chine. Cette fois j’ai opté pour du bleu. Les couleurs sont moins étouffées et cela offre une légère chaleur aux dessins. Il fait souvent chaud sur un terrain de tennis. ​

illustration tennismen

Joues-tu toi-même au tennis ?
J’ai essayé avec des amis. Je suis très mauvais. Je pense que je tiens mal la raquette. Je préfère les longues balades.​

dessin tennis

Parles-nous de ton processus de travail ?
La plupart du temps les idées me viennent sous la douche, en cuisinant ou juste avant de m’endormir.
Je fais un croquis poussé sur papier ou ordinateur. La composition de l’image me vient assez naturellement. Par la suite, je mets cela au propre grâce à ma table lumineuse sur du bon papier lisse n’accrochant pas la plume et n’absorbant pas l’encre.
Pour la mise en couleur j’utilise des encres Colorex et des feutres.

maumont roland garros

Quelles sont tes inspirations ?
J’aime beaucoup Ronald Searle et Georges Beuville. Leurs codes graphiques me fascinent. Sans parler du trait de Cabu​, que je trouve laché et senti.
​​Saul Steinberg est un maître​ pour moi surtout pour ses peintures sur meubles et ses dessins humoristiques.​ Le travail ​d’affichiste​ de Savignac me touche beaucoup. Il avait toujours la bonne idée de composition et de synthèse du message.
Il y a aussi Astérix & Obélix et Philémon. Quand j’ouvre un de leurs albums, j’ai l’impression de retrouver de vieux amis.
Les albums de Reiser et Calvin et Hobbes sont toujours à portée de main. Je les lis et relis.
J’aime aussi la poésie de Prévert.

illustration maumont

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Pour de l’édition jeunesse et de la presse. Je viens tout juste de finir une double page de jeux. Je mets aussi en images une histoire sur le petit chaperon rouge éditée chez Milan.
J’écris en parallèle un récit sur un petit roi qui a coincé sa couronne sur sa tête.
Une série de cinq tee shirts sur les animaux sortira à la rentrée​​ ​chez Mr Poulet.​​​​
Je travaille de temps en temps pour le dessin animé car je suis aussi animateur et designer de personnages.

dessin foule roland garros

Plus d’images de Maumont .
Encore plus d’images de Maumont.