Archives pour la catégorie Gwénola Carrère

illustrations et dessins de l’illustrateur Gwénola Carrère

Gwénola Carrère: L’interview

gwenola_carrere.png

Gwénola Carrère a commencé sa carrière d’illustratrice jeunesse en 2005 avec la parution en Italie du livre « Una Baccheta magica » qui lui a porté chance. Alors installée à Bruxelles et exposée avec l’avant-garde des jeunes illustrateurs belges, elle est remarquée par les éditions Thierry Magnier – par votre serviteur. Depuis, un cercle d’amateurs d’affiches toujours plus nombreux lui voue un culte discret et certain. Après avoir exposé au salon de l’Articho en 2010, c’est au salon « Pick me Up » de Londres qu’elle présente en ce moment ses originaux. L’occasion d’une interview et de recueillir ses impressions à chaud.

muze.jpg

« Muze », © Gwénola Carrère Illustrissimo: Tu participes au salon « Pick me Up » à Londres, peux-tu nous parler de cette partie de ton activité qui concerne les expositions de tes originaux?

Gwénola Carrère: L’exposition de mes originaux est d’autant plus importante à mes yeux qu’à l’heure où la plus grande visibilité pour les créatifs passe par le net, on ne se rend plus vraiment compte de ce qui fait le « vrai » travail. A savoir dans mon cas, la taille des images est souvent assez imposante (autour de l’A2) et les couleurs, tout comme les matières et la facture, sont plus difficilement perceptibles à l’échelle et à la résolution de l’écran d’ordinateur. Par ailleurs, un expositiond’originaux est souvent l’occasion de vendre mes images, et, si je ne suis pas d’un tempérament franchement intéressé, en revanche ça me fait toujours rêver d’imaginer la destination de mon travail, puisqu’il voyage beaucoup plus et plus loin que moi-même!

 radioactivities.jpg

« Radioactivities », © Gwénola Carrère Illustrissimo:Tu vis à Bruxelles, y a t-il des débouchés pour les illustrateurs travaillant en Belgique et dans quel domaine?

Gwénola Carrère: Je dois bien avouer que je travaille beaucoup plus avec la France et l’Angleterre qu’avec la Belgique! Le marché belge est en effet naturellement petit, vu non seulement la taille du pays mais aussi vu la division linguistique. Les néerlandophones ont leurs propres illustrateurs, et n’étant moi-même (carrément) pas belge d’origine, au début de ma carrière j’ai ressenti quelque fois que ça ne m’aidait pas… Du coup, je n’ai jamais vraiment insisté et me suis davantage tournée vers d’autres pays. (En fait, si je remonte dans le temps et à la source de mes premiers contacts importants, je dois beaucoup à l’Italie, étonnamment! C’est là que les choses ont vraiment commencé, avec mon premier album jeunesse, paru chez Topipittori en 2005). Mais Bruxelles n’est évidemment pas une ville morte si l’on regarde ce qui se passe en bande dessinée, on peut même dire que c’est une ville hyper-active de ce côté-là. Tout au long de l’année, je ne compte pas le nombre d’événements, d’expositions, d’éditions, et même une émission de radio, qui sont dédiés à ce domaine passionnant.

panikparty.jpg

« Panik Party », © Gwénola Carrère Illustrissimo: Ton travail s’est développé dans le milieu de l’illustration jeunesse, quels sont les artistes qui t’ont donné envie de faire ce métier, et comment envisages-tu l’avenir dans les mois qui viennent ?

Gwénola Carrère: J’ai eu une vraie révélation lorsque j’ai découvert l’art russe dédié à la jeunesse des années 1920-30. A travers plusieurs ouvrages, dont un livre japonais publiant une hallucinante collection privée, et bien sûr à travers le très beau travail des éditions Mémo sur « Quand la poésie jonglait avec l’image » de Lebdev et Marchak, entre autres… Dans les mois à venir, je vais me concentrer sur le scénario et le story-board d’un film d’animation qui devrait être réalisé à l’automne prochain dans le cadre du fabuleux « Laboratoire d’images », projet porté par Christian Janicot, Canal + et l’école Supinfocom. Mais tout est encore à faire à l’heure où je vous parle, donc je préfère ne pas m’avancer davantage. Je peux juste dire que la musique aura une très grande importance… Sinon, l’un de mes rêves serait de m’approcher du monde du textile, j’aimerais créer des motifs, des dessins pour des vêtements et des accessoires. J’y pense, j’y pense…

yokomax.jpg

« Yokomax », © Gwénola Carrère Pour voir plus d’images, consulter le book de Gwénola Carrère sur le site d’Illustrissimo!

 

 main.jpg

Gwénola Carrère, envoyée spéciale à « Pick Me Up »

Dans le cadre prestigieux du Somersethouse, un grand centre culturel dans un imposant bâtiment néo-classique au cœur de Londres, situé entre le quartier du Strand et la Tamise, vient de s’achever la 2ème édition de « Pick Me Up » (17-27 mars 2011). 

pick-me-up-1.png

` Une résidence d’artiste, avec pour invité cette année le graphiste Anthony Burril (auteur par ailleurs de la charte graphique de l’exposition). Notamment un grand workshop continu invitait le public à s’approprier l’univers graphique de l’artiste.

pick-me-up-2.png

Puis une demie-douzaine de collectifs d’artistes présentaient leurs activités de manière ludique et interactive. Participaient entre autres les excellentes éditions Nobrow, avec une tablette Wacom géante, en carton, invitant le public à dessiner. Mais surtout leur stand présentait l’ensemble de leur incroyable production, avec notamment une très belle édition de l’Abécédéria de Blexbolex et de l’Ada d’Atak. Et deux très jolis petis livres de l’intrigant Jon McNaught.

pick-me-up-3.png

Le collectif It’s Nice that  organisait quant à lui un grand atelier de création en continu, où se sont succédé, au long des 10 jours, pas moins d’une 50 aine d’artistes de tout poils.

pick-me-up-4.png

Tom Gauld notamment y a réalisé une jolie collection de robots de poche. Pick me up présentait enfin une exposition de 24 illustrateurs et designers graphiques internationaux, dits émergeants. Avec, pour n’en citer que quelques uns, Tom Gauld (UK) et quelques unes de ses planches à la plume assérée,  à l’humour aussi absurde qu’étrange et méditatif.

pick-me-up-5.png

Andy Rementer (USA) et une galerie de personnages bigarrés loufoques.

pick-me-up.png

La typographie Jessica Hische (USA), avec des lettrages subtilement ouvragés.

pick-me-up-7.png

Niguel Peake (UK) et des compositions abstraites finement stratifiées.

pick-me-up-8.png

Otecki (Po) avec des gravures noir et blanches tranchées, mêlant iconographie traditionnelle et graffiti.

pick-me-up-9.png

Seiko Kato (UK) et ses collages à tendance naturaliste, incroyablement fouillés et vivants

pick-me-up-10.png

Takeru Toyokura (Jap) avec des collages mêlant feutre et papier. Un univers moins candide qu’étrange, aux personnages sans visage (non sans me rappeler pafois Henry Darger…).

pick-me-up-11.png

McBess (Fr) et de grandes planches noir et blanches toujours aussi surréalistes et fouillées

pick-me-up-12.png

et enfin Gwénola Carrère (Bel) dont voici une vue d’ensemble de l’accrochage.

pick-me-up-13.png

et l’une de ses dernières créations, les vagues (aôut 2010).

pick-me-up-14.png

L’événement Pick me up fut dans l’ensemble un franc succès, autant de par le nombre de visiteurs quotidien que par la quantité d’échos favorables, dans la presse et de la blogosphère.  

 

L’Articho aux Métallos

L’Association de l’Articho (Chamo et Yassine) travaille depuis quelques mois à réunir la crème de l’illustration franco belge contemporaine pour organiser une exposition en duos.

metallos-articho_0.JPG

L’entrée de la Maison des Métallos dans le 11ème à Paris  Le mélange des genres et les complicités graphiques qui se sont développées entre les participants, se voie à l’oeil nu, nous pouvons à la fois voir le travail de chacun, et les réalisations communes.

metallos_articho.JPG

L’affiche de Chamo pour « Aller-retour »

metallos_articho_2.JPG

Yassine et Chamo sous le drapeau signé Elzo Ainsi Chamo et Oréli on travaillé sur une représentation de leur ville respective avec leur palette de couleur flashy. Paris/Bruxelles font l’objet d’un tapis géant qui ne dépareillera pas dans une chambre d’enfants ou dans un bureau.

metallos_artihco_6.JPG

Le tapis « Paris » de Chamo  Yassine tout en pixel et Elzo en sérigraphie ont travaillé sur le thème du drapeau.

yassine.JPG

Kitty Crowther et Bruno Salamone, ont concocté un petit film d’animation où leurs univers poétiques et mélancoliques se répondent à merveille.

metallos_articho_5.JPG

Film d’animation par Kitty Crowther et Bruno Salamone Sish tick et Rocco ont opté pour une bache géante du plus bel effet.

metallos_articho_3.JPG

La bache géante de Rocco et Sish Tick Gwénola Carrère expose ses sérigraphies et a réalisé une grande peinture avec Remed.

articho-metallos-1.JPG

Une toile de Remed et Gwénola Carrère Tandis que Anouk Ricard (l’auteur des cultissimes Ana et Froga) et Brecht Vandenbrouke le flamand surdoué ont joué le jeu de la correspondance décalé, dans un pingpong de mail art.

metallos_4.JPG

Mail Art par Brecht Vandenbroucke et Anouk Ricard L’un des clous de l’exposition est peut être la bibliothèque aux 2 faces de Delphine Durand et Vincent Mathy, mais comment choisir quand tous les participants ont joué le jeu avec tant d’enthousiasme et de talent.

metallos_articho_7.JPG

La bibliothèque de Delphine Durand (Vincent Mathy au verso)  Une petite photo de groupe prise après l’exposition, vous permettra de juger de l’ambiance de la soirée du vernissage et de l’esprit de camaraderie de cette fine équipe franco-belge.

articho.JPG

Photo de groupe (de gauche à droite) Debout: Sish Tick, Elzo, Chamo, Oréli, Kitty Crowther, Rocco, Delphine Durand, Yassine, Bruno Salamone, Gwénola Carrère Assis: Brecht Vandenbroucke, Anouk Ricard, Remed, Vincent Mathy

Expo Bibendum & Co à Bruxelles

L’exposition « Bibendum & Co », chapeautée par David Merveille, regroupe le travail de près de quatre-vingt illustrateurs, qui ont rendu hommage à un personnage publicitaire de leur choix: Bibendum, La Vache qui Rit, le crocodile Lacoste… Vous pourrez découvrir le travail de François Avril, Thomas Baas, Gwenola Carrère, Kitty Crowther, Philippe de Kemmeter, Delphine Durand, Ever Meulen, Pascale Evrard, Philippe Geluck, Josse Goffin, Philippe Goossens, Loustal, Vincent Mathy, David Merveille, Rascal, Tom Schamp, Emilie Seron, Olivier Tallec… et de bien d’autres encore.

bibendum-1.jpg

Affiche de l’expo réalisée par David Merveille

bibendum.JPG

Sculptures de Charles Callico Pour plus d’infos, rendez-vous sur le blog de David Merveille: http://davidmerveille.blogspot.com/ Expo du 30 avril au 31 août 2009 Espace Seed Factory 19, Avenue des Volontaires 1150 Bruxelles Cette petite virée à Bruxelles a également été l’occasion de faire un tour dans l’atelier de l’illustratrice Emilie Seron. Bien connue pour ses pages mensuelles dans le supplément du Soir: « Victoire », elle prépare actuellement un quatrième livre jeunesse aux Editions Pastel. A suivre…

emilie-seron.JPG

Illustration réalisée pour le Supplément du journal « Le Soir »: « Victoire »

img_2831.JPG

Travail en cours

seron.jpg

Emilie Seron, illustratrice et lectrice…

Vernissage de printemps

Grosse affluence en cette avant-veille de printemps pour fêter les images de Gwénola Carrère. Troisième exposition dans nos locaux, et l’envie de renouveler l’expérience régulièrement. Les amis illustrateurs, éditeurs et galéristes gravitant autour du petit monde de l’édition jeunesse, étaient particulièrement bien représentés ce soir-là.

carrere-illustrissimo.JPG

L’exposition vue du ciel (ou plutôt d’un tabouret)

carrere-illustrissimo-4.JPG

Dominique Grandjon, Benoît Grimalt and friends…

carrere-illustrissimo-3.JPG

L’illustrateur new-yorkais John Jay et Arthur de Pins

carrere-illustrissimo-2.JPG

Gwénola Carrère

carrere-illustrissimo-0.JPG

Beatrice Alemagna et Séverine Assous

cussaguet-salon-livre.JPG

Valérie Cussaguet sur le stand Thierry Magnier au Salon du Livre, quelques jours avant… Merci à Jeanne Robillard, Christian Demilly (des Editions Autrement), à Valérie Cussaguet et Amélie Annoni (des Editions Thierry Magnier). Pour les amateurs, rappelons que les toiles de Gwénola extraites de l’ABC des petites annonces sont proposées à l’unité au prix de 250 euros, ou la série complète (tirage unique) au prix de 1500 euros, les originaux autour de 150/250 euros. Pour la série d’affiches en sérigraphie (de 40 à 150 euros), d’autres modèles sont présentés dans le portfolio disponible à l’agence.

Préparation de l’expo Gwénola Carrère chez Illustrissimo

D’ici quelques jours, nous présenterons une nouvelle exposition dans nos locaux du 70 rue de la folie méricourt. Après Rozenn Brecard cet automne, c’est au tour de Gwénola Carrère d’inaugurer les cimaises de l’agence. Seront présentés des tirages uniques sur toile de huit images tirées de son livre ABC des petites annonces, paru aux éditions Thierry Magnier.

gwenola-carrere-4.jpg

Voici en exclusivité quelques images de l’atelier d’une amie peintre de Gwénola…

gwenola-carrere-3.jpg

… et de sa dernière sérigraphie.

gwenola-carrere-2.jpg

Un tirage spécial de l’affiche de l’invitation sera proposé à la vente à partir du 19 mars.

gwenola-carrere-1.jpg

Un prochain post est prévu dans quelques jours sur cette exposition… D’ici là, vous pouvez faire un tour sur le site des Editions Thierry Magnier: http://www.editions-thierry-magnier.com/ et sur le site ultrabook où vous pourrez découvrir le travail de Gwénola: http://gwenola.ultra-book.org/