Entretien avec Frédéric Niffle

Frédéric Niffle est depuis déjà 5 ans le rédacteur en chef du journal Spirou. Un parcours sans faute pour cet esthète de la bande dessinée. Après des débuts prometteurs dés l’âge de 16 ans avec le fanzine « Synopsis » devenu très vite pro,et une belle carrière d’éditeur où il initia le principe des intégrales en petit format (reprise depuis par la totalité des éditeurs) il rentre en mission chez Dupuis pour rajeunir le titre phare Spirou et lancer des nouveaux auteurs.

crédit photo : Xavier Hauptmann

Je précise que c’est aussi pour moi, l’occasion de saluer un ami de trente ans rencontré à l’adolescence, avec qui un dialogue ininterrompu s’est noué autour de l’image et des auteurs que nous aimons.

Le magazine vient de fêter ses 75 ans avec un numéro exceptionnel. Les repreneurs de la série Yoann au dessin et Fabien Wehlmann signent une couverture qui rend hommage aux héros historiques du magazine.

Gaston chez Spirou par Blutch

1/ Quel bilan personnel et professionnel tires-tu de ces cinq années passées à la rédaction en chef de Spirou ?

S’occuper d’un hebdo, c’est un boulot qui ne vous lâche jamais. Du coup, les vacances, ce n’est jamais trop d’actualité. Mais j’ai le sentiment d’y être vraiment à ma place, même s’il m’a fallu quelques mois avant d’accepter ce poste qui m’obligeait à stopper net mes éditions. Si je regarde de loin mon parcours et mes relations professionnelles, c’est un peu comme si tout m’avait amené à m’occuper un jour de ce magazine. Pendant combien de temps encore ? Apparemment, on ne tient pas plus de dix ans comme rédacteur en chef de Spirou.

Manu Arenas

2/Quels sont les principaux auteurs  et les découvertes que tu as amené  ?

En cinq ans, on a publié entre 250 et 300 auteurs différents, notamment à travers la rubrique La Galerie des illustres. Il me semble qu’on n’a jamais fait découvrir autant de styles et de genres différents dans Spirou. Et ça m’a permis de voir quels étaient les auteurs en symbiose avec l’esprit du journal. Parmi eux, Arthur de Pins – que tu m’avais présenté – avait réalisé une magnifique couverture Halloween pour Spirou; de cette couverture est née la série Zombillénium qui est devenu un succès en librairie. Lewis Trondheim est très présent dans le journal depuis 5 ans, avec notamment la série Ralph Azham, ou sa collaboration sur Texas Cowboy avec le magnifique dessinateur Matthieu Bonhomme qui réalise aussi Esteban. On peut citer également Benoît Feroumont, animateur de dessin animé, Guillaume Bianco, Jean-Yves Duhoo, et quelques auteurs du défunt mensuel Tchô!, comme Nob, Tebo ou Ohm.

Couverture d’Arthur de Pins

3/  » La galerie des illustres »  vient de sortir, un pavé  impressionnant qui regroupe le gratin de la Bande dessinée. Quels sont tes plus grandes satisfactions pour ce livre et tes regrets (s’il y en a) ?

Il aura fallu cinq années de patience – et d’acharnement parfois – pour réunir ces 200 auteurs. Nous leur avons chaque fois demandé de réaliser une planche de BD en hommage à l’univers de Spirou, tout en restant graphiquement eux-mêmes car ce « dictionnaire » de 400 pages est avant tout un portrait des auteurs qui comptent aujourd’hui. J’avais comme modèle le magnifique livre sur la peinture The Art Book chez Phaidon, et j’avais envie de réaliser l’équivalent pour la BD. Ça permet de se faire une idée assez complète du domaine, avec plus de 1000 références bibliographiques. D’une manière générale – et c’est vraiment mon sentiment –, ça a été une satisfaction pour chaque auteur, tout simplement parce que j’admire leur travail et qu’ils m’ont tous fait ce cadeau formidable d’y participer. On ne peut qu’être touché par cette générosité car ça impliquait pour chacun un gros boulot. Evidemment, les regrets, c’est ceux qui n’ont pas voulu ou pas pu ou pas répondu.

Couverture signée Rabaté

4/Diverses opérations saluent les 75 ans de Spirou, quels sont les évênements à venir en France ?

On réalise actuellement un « Spirou Tour » qui passe par dix villes de Belgique, de France et de Suisse. On sera par exemple le 4 mai à Paris, à La Fnac des Ternes, pour proposer des animations et des dédicaces avec des auteurs du journal (à Paris, il y aura Libon, Feroumont, Krassinsky & Mazaurette, Jacques Louis et Alain Henriet). Plus tard, nous passerons par Lausanne, Lyon, Montpellier, Bordeaux, Nantes et on terminera en novembre à Rennes. Cela s’accompagne à chaque fois d’un numéro spécial de Spirou et d’un partenariat avec un librairie et un journal régional (Le Parisien pour Paris).

Couverture signée Charles Berbérian

5/ Reverra t-on prochainement les productions de Frédéric Niffle  éditeur dans les bacs des librairies ?

Oui, je travaille depuis deux ans sur une collection qui va faire découvrir d’une façon nouvelle les classiques de la BD. Je cherche la formule qui fonctionne en série, avec du matériel existant (les auteurs ayant disparus), visuellement séduisante et – le plus difficile – indémodable. J’ai dû faire 150 versions différentes, un vrai casse-tête. Mais je ne me vois pas revenir avec un projet qui ne soit pas éditorialement original. Ce sera pour fin 2013 ou 2014.

Spirou à NYC par François Avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *