Entretien avec Jean Jullien

Alors qu’il ne reste plus que quelques jours avant la fin de son exposition à la Kemistry galery, Jean Jullien prend le temps de souffler un court instant pour répondre à nos question.

Quel est le fil conducteur de ta dernière exposition à Londres ?

Nos comportements sociaux et asociaux. La manière dont nous interagissons les uns avec les autres et la manière dont l’avènement des technologies mobiles affectent ces comportements. J’ai essayé de pousser un peu plus loin mon travail d’observation, qui est surtout présent dans mes carnets, et de l’exprimer graphiquement . C’est un peu plus cruel sur certains aspects que ce que je fais d’habitude mais ce n’est en aucun cas une complainte contre les téléphones portables ou les réseaux sociaux: je suis le premier à les utiliser!

Ton travail a gagné une audience de plus en plus forte ces deux dernières années, comment s’orientent tes choix pour le faire avancer dans une optique qui te reste très personnelle.

J’ai la chance d’être sollicité pour de nombreux projets, tous plus différents les uns que les autres. Il y a une partie alimentaire dans mon travail bien sûr, mais cette partie a gagné grandement en intérêt ces derniers temps. Je n’ai presque pas de projets que je refuse, ce qui est une vraie chance. Les gens viennent me chercher parce qu’ils savent ce que je fais, ce qui me permet de garder une touche personnelle, peu importe le projet.

 

Peux tu nous parler de ton premier livre en préparation ?

Le livre s’appelle Ralf et raconte l’histoire d’un chien saucisse qui s’étend indéfiniment après que ses fesses se soient coincées dans la porte d’entrée. C’est mon premier livre pour enfants à proprement parler  donc c’est assez excitant et inconnu.

En ce moment je travaille pour Le Monde et The New Yorker. Il y a aussi une nouvelle bougie avec Colette, qui s’appelle « Air du Parisien » et bien sûr l’expo à la Kemistry gallery dont voici une vidéo:

Il y a aussi ma table pour l’expo du magazine The Gourmand. Un livre avec Walker Books à Londres, le nouvel album de Niwouinwouin, avec beaucoup de nouvelles vidéos et de nouvelles photos. On tourne un court métrage à cet effet. J’exposerai une série de sculptures à la galerie Beach, à Londres ainsi qu’au festival Pick Me Up à Somerset house en Avril.

Une réflexion au sujet de « Entretien avec Jean Jullien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *