L’interview de Colcanopa

Voici un nouveau petit film réalisé par Émilie Pigeard avec l’illustrateur nordiste Colcanopa qui nous parle de son travail avec malice. Après de courtes études d’Histoire il passe la frontière belge pour étudier  l’illustration à St Luc. Avant la fin de son cursus, il est embauché comme graphiste par une agence lilloise au sein de laquelle il compose pendant cinq ans des pochettes de disque clinquantes pour les majors parisiennes. En 2005, il créé un blog d’illustration d’actualité et de dessins bizarres. Depuis Colcanopa travaille régulièrement avec « Le Monde », « Rue89.com », « La Décroissance », « Terra Economica »… Colcanopa vit à Lille, et nous avons profité d’une escale parisienne pour le filmer dans la cour de notre bureau de la Folie-Méricourt… avant notre déménagement début janvier 2012 au 13 rue Bouchardon pour l’ouverture d’une nouvelle galerie d’illustration!

Autoportrait de l’artiste

Illustrissimo: Où te situes tu dans les différentes familles de l’image entre les dessinateurs de presse et les illustrateurs?

Colcanopa: J’ai l’impression d’être un peu illégitime dans ces deux prestigieuses familles, un « adopté » des 2 côtés! Un dessinateur de presse qui essaie des trucs visuellement ou un illustrateur qui voudrait donner du sens à ses images. Sans jamais vraiment y arriver…!

[vimeo width= »500″ height= »300″]http://vimeo.com/33660023[/vimeo]

Colcanopa chez Illustrissimo. Film réalisé par Emilie Pigeard, 2011.

La crise grecque vue par Colcanopa

Illustrissimo: Quelles sont tes influences graphiques revendiquées, et d’où vient ton inspiration pour traiter d’un sujet en dehors de l’actualité immédiate ?

Colcanopa: Mes influences sont plutôt chez les dessinateurs qui ont traité l’actualité de manière très personnelles dans les années 70: Ungerer forcement (des dessins de presses féroces jusqu’aux livres pour enfants), Topor pour la noirceur caustique du trait ou Gébé pour l’utopie géniale ou encore Rouxel et les Shadocks. Mais il y a aussi l’école « classique » du dessin satyrique à la française: « Charlie », « Le Canard Enchaîné », « La Gueule Ouverte »…
 

 

Illustrissimo: Ton travail pourrait aisément s’adresser à la jeunesse, as-tu des projets dans ce sens ?

Colcanopa: Pas encore… Mais ça serait chouette !

Illustrissimo: Il n’existe encore pas de recueils de ta production de dessins d’humour, le regrettes-tu et cela est-il envisageable pour un éditeur ?

Colcanopa: J’y pense, j’y pense. Pourquoi pas avec les fameuses Éditions Michel Lagarde!!