Special Londres (2/4): Nobrow, l’interview

Les deux jeunes éditeurs: Alex Spiro et Sam Arthur, de la maison d’édition anglaise « Nobrow » présentaient cette année à Angoulême leurs dernières productions. Nous avons été épatés par la qualité de leurs livres, par leurs choix graphiques audacieux, et une ligne éditoriale impeccable qui tranche avec la production graphique habituelle. Les passerelles avec Illustrissimo étant nombreuses (Blexbolex, Gwénola Carrère, Chamo, McBess and co), une petite interview de notre envoyé spécial à Angoulême s’imposait sur ce blog.

alexsam_01.jpg

Sam Arthur et Alex Spiro de Nobrow Illustrissimo: Alex, Peux tu nous parler de la naissance de Nobrow et de son succès ?

Alex Spiro pour Nobrow: Nobrow a commencé il y deux ans et demi environ, pendant l’hiver 2008, avec l’intention de renouveler un esprit de qualité en édition papier. La tendance générale d’externaliser la production de livres pour essayer de concurrencer l’impression numérique associée à une baisse de la culture du bel imprimé, a entraîné une standardisation générale du livre. Nous voulions donner une approche « haute couture » à nos livres. Si nos coûts de fabrication sont plus élevés, la qualité est aussi bien meilleure. Nous sommes très exigeants sur le choix des couleurs, l’art, les sujets, la production, et une éthique forte – donc, ça justifie le prix. Je pense que les gens apprécient cette façon de voir les livres, ils ne sont plus seulement une façon de communiquer des concepts et des idées, mais deviennent des produits de luxe, que l’on adore, qui reflètent bien notre personnalité.

angouleme_slide.jpg

 

© Luke P pour Nobrow

Illustrissimo: Quelle est la ligne éditoriale de votre maison d’édition, et peux-tu nous parler du quatrième numéro de la revue qui vient de sortir ?

Nobrow: On choisit les illustrations en tenant compte de la qualité narrative des visuels. La revue souhaite présenter les meilleurs talents de l’illustration tous les six mois. Avec un thème et un choix de couleurs imposé au départ, que chaque intervenant doit respecter dans ses images. Le quatrième volume  tourne autour du thème du  « jour et de la nuit  » est composé en alternant les pages noir et blanc et fluo. C’était un vrai plaisir de voir tout ce que nos artistes ont produit, et même l’occasion d’y participer moi même !

 

Couverture Nobrow 4 par McBess

 nb4_till_hafenbrak.jpg

Double page par Till Hafenbrak

Illustrissimo: Comment s’est fait le contact avec la plupart des illustrateurs, et quel est ton critère de sélection ?

Nobrow: Le contact, tout simple, est initié par nous. On trouve des gens avec qui on aimerait travailler et on les appelle. On essaye d’avoir des contacts plus personnels, donc un appel au démarrage de chaque projet est préférable a un simple e-mail. Les critères de sélection évoluent à chaque numéro,  et on essaye le plus  possible d’avoir une homogénéité de styles. Nous essayons de choisir une  » famille » d’illustrateurs pour chaque numéro en se basant sur l’esprit du travail du « cover artist ». Par exemple, le célèbre illustrateur allemand Atak a fait la couverture du numéro 3, pour lequel nous avons sélectionné beaucoup d’artistes travaillant la sérigraphie… Atak étant un expert dans ce domaine. Pour le numéro 4 on a utilisé beaucoup d’artistes qui travaillent au trait car McBess (qui a fait la couverture) travaille principalement en noir et blanc et à l’ encre.

 

Pebble Island de Jon McNaught

Illustrissimo: Où en êtes vous avec l’idée de développer une agence d’illustrateurs à Londres ?

Nobrow: On est encore en train d’y penser, c’est compliqué car on a des amitiés avec des agences sur place, ce qui nous mettrait en porte à faux avec elles! De plus, c’est un job a plein temps et nous n’aurions pas le temps de tout faire nous même. Avec un partenaire pour nous seconder, cela deviendrait déjà plus envisageable…

 

A Graphic Cosmogony (collectif de 24 illustrateurs)

Illustrissimo: Dernier mot pour les lecteurs de ce blog sur les projets à venir de Nobrow, et sur une diffusion possible des livres en France ?

Nobrow: Oui, je ne peux pas encore trop en parler en ce moment, mais c’est imminent ! D’ici 6 mois, nos livres devraient être présents dans certaines librairies spécialisées en arts graphiques et dans certaines librairies de BD. D’ailleurs, merci pour votre aide pour ce projet !

Abecederia de Blexbolex

En attendant une distribution en France, vous pouvez commander directement les ouvrages sur leur site. Dépêchez vous, certains sont presque épuisés! Nous vous recommandons tout particulièrement « Pebble Island » et « Birchfield Close » de Jon McNaught.

http://www.nobrow.net/

 

© Nobrow  pour toutes les images de cet article

2 réflexions au sujet de « Special Londres (2/4): Nobrow, l’interview »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *