Noémie Marsily, Fétiche

On continue dans la publication de beaux livres. Le 22 Mars 2013, Les Requins Marteaux publiaient le dernier livre de Noémie Marsily : Fétiche. L’histoire d’une tête de chevreuil empaillée qui, passant de propriétaire en propriétaire, s’offre et nous offre, un petit aperçu des lubies de tout un chacun. Voilà qui méritait bien quelques questions à l’auteure.

1/ Fétiche est ton premier travail chez Les Requins Marteaux, avec un format original (carré 22 X 22 cm) de 144 pages réalisé au crayon de couleur. Comment est né ce projet?

Un matin, en passant au marché aux puces, j’ai croisé quelques têtes de chevreuils empaillées, nonchalamment posées par terre, qui regardaient le ciel bien malgré elles, je me suis demandé ce que ça leur faisait, de regarder comme ça ce qu’on leur donnait à voir, et comment elles en était arrivé là. J’ai commencé à dessiner les premiers chapitres du livre, que j’ai ensuite proposé aux Requins Marteaux…

2/ Comment expliques-tu le choix du crayon de couleur, de même l’histoire commence avec un enfant, une figure que l’on retrouve régulièrement dans ton travail (Fouillu feuillus par exemple), y’a-t-il un lien entre les deux?

 J’aime mettre en scène des personnages d’enfants (même si dans Fétiche, il y a plus de personnages adultes), car ils ont une vision du réel très large, en évolution constante, ils ne sont pas encore blasés! Mais pour moi, le crayon de couleur n’est pas spécialement lié à l’enfance, c’est juste un outil formidable, très riche en possibilités graphiques, qui me permet d’aborder la couleur avec beaucoup de liberté.

3/ En parallèle à ton travail sur le 9ème Art tu as aussi une activité dans l’animation. Comment gères-tu les deux, notamment quant à la question de la transition entre les images du support à l’autre?

Ce sont deux approches totalement différentes, mais passionnantes de la temporalité et du mouvement.

Pour Fétiche, qui est une bande dessinée muette, je ne peux compter que sur les images pour raconter : pas de texte, de dialogues, de bruitages…

J’ai vraiment essayé de m’amuser avec les ellipses entre les images, qui peuvent fragmenter un instant très court, et puis soudain faire un bond de plusieurs années. Cela m’oblige à être très efficace dans le dessin, à essayer d’attirer l’attention du lecteur sur des petits détails qui changent le cours du récit. C’est grisant, ce jeu avec le lecteur, parce que celui-ci est assez actif, il est obligé de fournir un effort d’imagination, de reconstituer le récit dans sa tête et donc d’y injecter une partie de lui-même.

Dans l’animation, c’est différent, on doit plus guider le spectateur, tout est question de timing, de rythme.

 

4/ Enfin, quels sont tes projets à venir?

 Je travaille actuellement sur un projet de livre pour enfants, et j’ai également plusieurs projets d’animation en cours. Je viens de finaliser un court métrage/clip en animation, co-réalisé avec Carl Roosens, pour le groupe Carl et les hommes-boîtes. Ça s’appelle “Autour du lac”, et nous venons d’apprendre qu’il est sélectionné au festival d’Annecy dans la catégorie courts métrages.

2 commentaires pour “Noémie Marsily, Fétiche”

  1. julien castanié dit :

    superbe :)

  2. « Enfin nous dormons », une installation de Noémie Marsily et de Barbara Decloux | BeauBeau dit :

    [...] lire absolument: Fétiche, éd. Requins Marteaux, 2013. à regarder absolument: Caniche, Zorobabel, 2010 | Autour du Lac [...]

Laisser un commentaire