Archives du mot-clé livre

Les portraits de MARTIN JARRIE

Martin Jarrie revient pour nous sur son exposition La Vie Des Gens, et nous parle plus largement de son goût pour les portraits.

Portrait de philippe par Martin Jarrie

Quelles sont les particularités de tes portraits ?
Ce sont des portraits réalistes, finalement assez classiques. J’ai toujours aimé les portraits dans la peinture, de Piero Della Francesca à Lucian Freud en passant par Ingres. Pour ma part j’aime faire des portraits cadrés très serrés. Je veux que le visage occupe presque tout l’espace, que sa présence agrippe le regard.

Portrait pour La Vie Des Gens

Comment travailles-tu lorsque tu réalises un portrait ?
En ce qui concerne ceux qui figurent dans « La Vie des Gens », ce sont des personnes que j’ai rencontrées. J’ai passé un moment avec elles, parler, pris des photos de face, de profil à la lumière du jour.
J’ai ensuite peint dans mon atelier à partir de toutes ces photos. Je gardais en tête le souvenir de la rencontre, et c’était important dans la réalisation. Peindre ces visages, c’était comme prolonger la conversation en tête à tête…
Depuis j’ai fait d’autres portraits (pour L’Obs par exemple) en partant de photos qu’on m’avait envoyées.

enfant en peinture

Y a t-il une différence entre le fait de dessiner un objet et le fait de dessiner un personnage ?
Il y a quelque chose de très troublant et excitant dans le fait de peindre le visage d’une personne, dans la tentative de saisir le vif, de le rendre présent. J’éprouve quelque chose d’assez comparable quand je peins des fruits, des légumes (ou des fleurs) que j’ai sous les yeux.
Par ailleurs, qu’il s’agisse d’un portrait ou d’un objet, mon désir est que le sujet happe le regard.
Dans le cas de « La Vie des Gens », j’ai souhaité une sorte de dialogue intriguant, étrange entre un portrait et un objet choisi par la personne représentée.

Peinture de martin jarrie

Peux-tu nous justement en dire un peu plus sur ta récente exposition La Vie Des Gens ?
Les portraits dans « La Vie des Gens » on d’abord été exposés à Saint-Gratien pendant trois mois. J’avais décidé de les réaliser à l’occasion d’une résidence proposée par la ville.
Plus récemment, ils ont été exposés à Mouans-Sartoux à l’occasion du salon du livre. L’accrochage était différent. Les peintures marouflées sur un bois très épais ressemblent à des boîtes posées sur des socles. Les visiteurs pouvaient ainsi circuler entre les peintures devenues totems.

couverture du magazine XXI

Comment se fait le choix des gens que tu dessines ?
A Saint-Gratien, où je ne connaissais personne, j’ai demandé à quelqu’un qui travaille au service culturel de la ville de choisir des gens de différents âges, de différents milieux et origines. Il m’est arrivé depuis de faire des portraits sur commande. Tous les visages sont intéressants !

couverture du livre La Vie Des Gens avec des textes de François Morel

Sur quoi travailles-tu actuellement ?
Entre les travaux pour la presse (L’Obs, le NY Times Book Review, les Echos, XXI…), l’édition et autres, je prépare une exposition qui aura lieu dans quelques mois à la galerie Artitude à Bruxelles.
À noter que La Vie des Gens est disponible en format livre aux éditions Les Fourmis Rouges avec des textes de François Morel.
Plus d’images de Martin Jarrie .

SÉVERINE ASSOUS fait la couverture de La Tête Ailleurs de Nicolas Bedos

Séverine Assous nous parle sa collaboration avec les éditions Points (Seuil) sur la couverture de roman qu’elle a dessinée pour le roman de Nicolas Bedos.

couverture nicolas bedos la tete ailleurs

Peux-tu nous parler de cette couverture de livre que tu viens de dessiner ?
C’est une illustration pour le nouveau roman de Nicolas Bedos intitulé La Tête Ailleurs et paru aux éditions Points (Seuil).

Quelles étaient les spécificités de ce travail ?
J’avais tout d’abord très peu de temps pour réaliser cette commande, avec seulement dix jours entre le brief et l’impression. Cette urgence était due en grande partie à la difficulté qu’ils avaient à trouver la bonne idée.
Comme pour les deux précédents livres de Nicolas Bedos l’éditeur avait proposé une couverture photo, mais visiblement cette idée ne plaisait pas à l’auteur. Ils ont finalement décidé de faire réaliser une illustration afin d’ajouter une dimension métaphorique et humoristique.
La deuxième contrainte était dans le format. L’image devait fonctionner à la fois en pleine page, mais aussi sur les deux-tiers supérieurs de la couverture puisque le livre est vendu entouré d’un bandeau.

couvertures romans nicolas bedos

Comment s’est passée la collaboration avec l’éditeur ?
Pour les raisons que je viens d’évoquer, l’auteur avait une idée très arrêtée de ce qu’il désirait. Virginie Perrollaz, la directrice artistique, m’a donc fourni un brief assez directif.
Dans ce livre, Nicolas Bedos raconte une année de sa vie alors qu’il est fou amoureux et que la France est en crise. Mais lui s’en fout car il a la tête ailleurs.
Je devais faire figurer sa silhouette en costume noir, cravate dénouée, la tête remplacée par un cœur balafré. En arrière plan on devait voir un univers urbain en pleine révolution. Tout cela avec un trait élégant et dans des couleurs franches et vives.
Cela dit l’éditeur et l’auteur étaient prêts à essayer des choses, comme par exemple la typo dessinée à la main que j’ai proposée.

Qu’as-tu appris sur Nicolas Bedos en travaillant sur ce livre ?
Pas grand chose car je n’ai malheureusement pas encore eu le temps de lire son livre… Plus sérieusement, j’étais étonnée qu’il choisisse une illustration alors que les couvertures de ses deux précédents romans sont très classiques, avec chaque fois un portrait photo noir et blanc qui le met en valeur.
Il se prend peut-être moins au sérieux ? Même si lors du brief on a insisté pour que je lui fasse une silhouette élégante…

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur une série de dessins pour le magazine Elle autour du quartier des Invalides. J’enchaine avec livre sur les robots, à paraître chez Actes Sud début 2015.

Plus d’images de Séverine Assous.

JEAN JULLIEN nous présente son livre Ralf

Jean Jullien nous parle de la sortie de son premier livre intitulé Ralf et sorti aux éditions Comme des Géants fin Septembre 2014.

couverture livre ralf

Peux-tu nous présenter en quelques mots ton premier livre ?
Ralf est l’histoire d’un chien saucisse qui prend trop de place. Un jour il se coince le derrière dans la porte et son corps commence à s’allonger, ce qui va se montrer assez utile au final.

poster livre ralf jean jullien

Comment est venue l’idée du livre ?
Très simplement, j’adore les chiens et en dessine souvent. La texture, les différentes formes et leur comportement tragi-comique en font des sujets fascinants. Pour mon expo Allo? j’avais fais le visuel ci-dessous, que j’ai décidé de pousser en une petite histoire.

dessin livre ralf comme des geants

Peux-tu nous décrire le processus d’élaboration de ce projet ?
Ce fut assez standard en fait, j’avais l’idée de base qui était que ce chien avait un corps allongé à l’infini et j’ai ensuite cherché ce qui aurait put causer ça et travailler l’histoire autour de ce point.

illustration comme des geants jean jullien

Comment s’est passé la collaboration avec l’éditeur ?
La collaboration avec Comme des Géants s’est passée très naturellement. J’avais déjà la majeure partie du livre de prête mais nous sommes tombés d’accord pour dire que la fin pouvait être améliorée. Ils ont suggéré mon copain Gwendal le Bec, qui est un auteur génial et qui à fait office de script doctor et qui a mis les textes en formes.

livre ralf jean jullien

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
La campagne des 20 ans de l’eurostar, la refonte du magazine Fricote, la campagne de noël de Mr Porter, un slot régulier dans The Guardian, une collaboration avec Case Studyo, une série animée et 4 expos d’ici mai 2015.

lecteur editions comme des geants

Plus d’images de Jean Julien .

Les dinosaures de SÉVERINE ASSOUS

Nous avons posé quelques questions à Séverine Assous qui nous parle de la sortie de son Cahier Des Dinosaures chez Actes Sud.

livre cahier des Dinosaures

Pourrais-tu nous présenter en quelques mots ce Cahier des dinosaures ?
Il s’agît d’un grand cahier de 48 pages à l’intérieur duquel chaque double page aborde un thème particulier : l’environnement, la reproduction, la survie, l’alimentation, etc.
Les pages de gauche sont informatives tandis que celles de droite sont réservées à des jeux sur un papier épais qui permet de dessiner, colorier, relier, imaginer.
Un livre ludique, quoi.

actes sud

Carina Louart

Comment s’est déroulé la collaboration avec l’auteure Carina Louart ?
Quand j’ai commencé à travailler sur le projet, Carina avait déjà effectué un gros travail journalistique. Quasiment tous les textes étaient prêts et je n’avais plus qu’à imaginer leur meilleure interprétation.
Le seul problème était que j’étais alors complètement novice sur le sujet, et que les images de dinosaures qu’on trouve sur internet sont souvent délirantes. En outre je ne trouvais rien sur certaines espèces.
Carina m’a donc fourni pas mal de documents ou me corrigeait quand mon interprétation n’était pas juste, car si l’expression du livre est assez libre, le propos est rigoureux.

Dinosaures severine assous

artwork dinausaure

Tu ne connaissais donc pas vraiment l’univers des dinosaures avant de te lancer dans ce projet ?
En effet, mon savoir se limitait à un vague souvenir de Jurassik Park. Je n’étais même pas au courant de la collision avec cet astéroïde qui a plongé la surface de la terre dans l’obscurité pendant plusieurs mois. Mais l’éditeur avait dû pressentir en moi des affinités avec ces créatures.

dessin severine assous

Retour à la lumière. Que peut-on attendre de Séverine dans les mois à venir ?
Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas illustré de livre jeunesse. Je n’étais pas très à l’aise pour m’adresser au jeune public. La maternité aidant, je crois que je suis désormais mûre, et j’ai maintenant envie de faire plus de livres pour les enfants. J’aimerais également finir un projet de livre que j’ai commencé il y a 2 ans et qui traite justement de la maternité.

illustration Dinosaures

Plus d’images de Séverine Assous

Romans noirs vu par MARTIN JARRIE pour le Nouvel Observateur

Martin Jarrie nous fait partager son amour pour le roman noir dans sa nouvelle série d’illustrations pour le Nouvel Observateur.

Entretien exclusif avec l’illustrateur qui nous raconte la genèse et le déroulement de ce projet.

martin jarrie nouvel observateur

Peux tu pour chacune des images donner un résumé de 3 lignes et ce qui t’a inspiré dans le choix du livre à illustrer ?
L’illustration d’ouverture du dossier polar est une illustration générique. Je ne me suis pas inspiré d’un roman en particulier. J’aimais bien cette représentation du détective entre Hamlet et le penseur de Rodin !
J’aime beaucoup les romans noirs. J’en ai beaucoup lus. Mes goûts sont très éclectiques : Ellroy, Elisabeth Georges, Ross Mac Donald, Van Gulik, etc… J’en lis beaucoup moins maintenant à l’exception de James Lee Burke dont je ne me lasse pas !
Pour la deuxième illustration polar, je suis parti d’une phrase de l’article « Mauvaises Eaux » et du titre bien sûr. La phrase dit: « L’une porte des marques étranges, l’autre est parsemée de fleurs américaines ». Et puis j’ai pensé à toutes ces jeunes héroïnes de romans noirs dont le destin est tranché comme une fleur coupée.
L’illustration des récits de voyage m’a été inspiré par l’histoire de ces deux américaines parties faire le tour du monde, chacune de leur côté, deux femmes mappemonde en quelque sorte.
Pour l’illustration des best-sellers, je me suis appuyé sur l’article concernant Arto Paasilinna. J’ai lu deux livres de lui, Le lièvre de Vatanen et Le Meunier Hurlant, qui m’ont beaucoup amusé. J’en ai aimé l’absurdité et la fantaisie.
Pour les livres d’humour, j’ai tout de suite été attiré par le titre du roman de Roland Topor (que je n’ai pas lu). J’ai toujours aimé la grande liberté et la grande force de ses dessins. C’est avec Tomi Ungerer un de mes dessinateurs préférés.
Quant à l’illustration pour les poches, il n’y a pas grand chose à en dire. Le titre parle de lui-même : Neuf Plans Cultes !

Nouvel Obs martin jarrie
Martin Jarrie a dessiné une série d’illustration pour le Nouvel Obs.
illustration polars
Pour cette série, Martin s’est inspiré de l’univers des polars.

Depuis quelques années ton travail de plus en plus libre s’est orienté vers des projets d’édition, et d’expositions. Quelle marge de manoeuvre as tu pour des images de presse de ce type et la littérature est il un bon sujet pour toi ?
En général je me sens assez libre pour des illustrations de presse qui concerne la littérature. En l’occurence, Serge Ricco m’a laissé toute liberté.
J’aime beaucoup illustrer des articles sur la littérature. Un titre, un résumé de livre suffit à faire surgir des tas d’images. Je pense par exemple au livre de Daniel Pennac, Journal d’Un Corps. Télérama m’avait demandé de faire une illustration.
Je ne l’avais pas lu mais que d’images ce seul titre faisait naître (et c’est toujours le cas !). Depuis je l’ai lu et ce n’est pas du tout ce que j’avais imaginé !!

romans noirs
Lui-même amateur de romans noirs, Martin Jarrie a pris beaucoup de plaisir dans l’exécution de cette commande.
résumé de livre
Souvent, un titre ou un résumé de livre a suffit à faire surgir des tas d’images chez l’artiste.

Quel est ton prochain projet d’édition et quel serait le projet idéal dans ce domaine ?
J’aime bien qu’un projet de livre personnel me donne l’occasion de peindre, travailler en volume, utiliser d’autres techniques et d’autres matériaux que ceux que j’utilise pour l’illustration.
C’est dans cet esprit que j’avais réalisé l’Alphabet fabuleux et Rêveur de Cartes, tous deux parus chez Gallimard Giboulées. J’aimerais me lancer dans un nouveau projet du même ordre, peut-être quelque chose entre le catalogue Manufrance et le catalogue Carelman mais pour l’instant ça n’avance pas.
Un projet « idéal », c’est peindre, sculpter, bidouiller et qu’au bout du compte toutes ces réalisations deviennent les images d’un livre avec un texte de moi ou de quelqu’un d’autre.
J’ai d’autres projets de livre en cours,un avec les éditions Notari et un projet de livre de souvenirs d’enfance (et au-delà) avec Les Fourmis Rouges.

Plus d’images de Martin Jarrie .

lectures estivalles
Une belle série d’illustrations pour vous accompagner dans vos lectures estivalles.