Archives du mot-clé martin jarrie

Les portraits de MARTIN JARRIE

Martin Jarrie revient pour nous sur son exposition La Vie Des Gens, et nous parle plus largement de son goût pour les portraits.

Portrait de philippe par Martin Jarrie

Quelles sont les particularités de tes portraits ?
Ce sont des portraits réalistes, finalement assez classiques. J’ai toujours aimé les portraits dans la peinture, de Piero Della Francesca à Lucian Freud en passant par Ingres. Pour ma part j’aime faire des portraits cadrés très serrés. Je veux que le visage occupe presque tout l’espace, que sa présence agrippe le regard.

Portrait pour La Vie Des Gens

Comment travailles-tu lorsque tu réalises un portrait ?
En ce qui concerne ceux qui figurent dans « La Vie des Gens », ce sont des personnes que j’ai rencontrées. J’ai passé un moment avec elles, parler, pris des photos de face, de profil à la lumière du jour.
J’ai ensuite peint dans mon atelier à partir de toutes ces photos. Je gardais en tête le souvenir de la rencontre, et c’était important dans la réalisation. Peindre ces visages, c’était comme prolonger la conversation en tête à tête…
Depuis j’ai fait d’autres portraits (pour L’Obs par exemple) en partant de photos qu’on m’avait envoyées.

enfant en peinture

Y a t-il une différence entre le fait de dessiner un objet et le fait de dessiner un personnage ?
Il y a quelque chose de très troublant et excitant dans le fait de peindre le visage d’une personne, dans la tentative de saisir le vif, de le rendre présent. J’éprouve quelque chose d’assez comparable quand je peins des fruits, des légumes (ou des fleurs) que j’ai sous les yeux.
Par ailleurs, qu’il s’agisse d’un portrait ou d’un objet, mon désir est que le sujet happe le regard.
Dans le cas de « La Vie des Gens », j’ai souhaité une sorte de dialogue intriguant, étrange entre un portrait et un objet choisi par la personne représentée.

Peinture de martin jarrie

Peux-tu nous justement en dire un peu plus sur ta récente exposition La Vie Des Gens ?
Les portraits dans « La Vie des Gens » on d’abord été exposés à Saint-Gratien pendant trois mois. J’avais décidé de les réaliser à l’occasion d’une résidence proposée par la ville.
Plus récemment, ils ont été exposés à Mouans-Sartoux à l’occasion du salon du livre. L’accrochage était différent. Les peintures marouflées sur un bois très épais ressemblent à des boîtes posées sur des socles. Les visiteurs pouvaient ainsi circuler entre les peintures devenues totems.

couverture du magazine XXI

Comment se fait le choix des gens que tu dessines ?
A Saint-Gratien, où je ne connaissais personne, j’ai demandé à quelqu’un qui travaille au service culturel de la ville de choisir des gens de différents âges, de différents milieux et origines. Il m’est arrivé depuis de faire des portraits sur commande. Tous les visages sont intéressants !

couverture du livre La Vie Des Gens avec des textes de François Morel

Sur quoi travailles-tu actuellement ?
Entre les travaux pour la presse (L’Obs, le NY Times Book Review, les Echos, XXI…), l’édition et autres, je prépare une exposition qui aura lieu dans quelques mois à la galerie Artitude à Bruxelles.
À noter que La Vie des Gens est disponible en format livre aux éditions Les Fourmis Rouges avec des textes de François Morel.
Plus d’images de Martin Jarrie .

Romans noirs vu par MARTIN JARRIE pour le Nouvel Observateur

Martin Jarrie nous fait partager son amour pour le roman noir dans sa nouvelle série d’illustrations pour le Nouvel Observateur.

Entretien exclusif avec l’illustrateur qui nous raconte la genèse et le déroulement de ce projet.

martin jarrie nouvel observateur

Peux tu pour chacune des images donner un résumé de 3 lignes et ce qui t’a inspiré dans le choix du livre à illustrer ?
L’illustration d’ouverture du dossier polar est une illustration générique. Je ne me suis pas inspiré d’un roman en particulier. J’aimais bien cette représentation du détective entre Hamlet et le penseur de Rodin !
J’aime beaucoup les romans noirs. J’en ai beaucoup lus. Mes goûts sont très éclectiques : Ellroy, Elisabeth Georges, Ross Mac Donald, Van Gulik, etc… J’en lis beaucoup moins maintenant à l’exception de James Lee Burke dont je ne me lasse pas !
Pour la deuxième illustration polar, je suis parti d’une phrase de l’article « Mauvaises Eaux » et du titre bien sûr. La phrase dit: « L’une porte des marques étranges, l’autre est parsemée de fleurs américaines ». Et puis j’ai pensé à toutes ces jeunes héroïnes de romans noirs dont le destin est tranché comme une fleur coupée.
L’illustration des récits de voyage m’a été inspiré par l’histoire de ces deux américaines parties faire le tour du monde, chacune de leur côté, deux femmes mappemonde en quelque sorte.
Pour l’illustration des best-sellers, je me suis appuyé sur l’article concernant Arto Paasilinna. J’ai lu deux livres de lui, Le lièvre de Vatanen et Le Meunier Hurlant, qui m’ont beaucoup amusé. J’en ai aimé l’absurdité et la fantaisie.
Pour les livres d’humour, j’ai tout de suite été attiré par le titre du roman de Roland Topor (que je n’ai pas lu). J’ai toujours aimé la grande liberté et la grande force de ses dessins. C’est avec Tomi Ungerer un de mes dessinateurs préférés.
Quant à l’illustration pour les poches, il n’y a pas grand chose à en dire. Le titre parle de lui-même : Neuf Plans Cultes !

Nouvel Obs martin jarrie
Martin Jarrie a dessiné une série d’illustration pour le Nouvel Obs.
illustration polars
Pour cette série, Martin s’est inspiré de l’univers des polars.

Depuis quelques années ton travail de plus en plus libre s’est orienté vers des projets d’édition, et d’expositions. Quelle marge de manoeuvre as tu pour des images de presse de ce type et la littérature est il un bon sujet pour toi ?
En général je me sens assez libre pour des illustrations de presse qui concerne la littérature. En l’occurence, Serge Ricco m’a laissé toute liberté.
J’aime beaucoup illustrer des articles sur la littérature. Un titre, un résumé de livre suffit à faire surgir des tas d’images. Je pense par exemple au livre de Daniel Pennac, Journal d’Un Corps. Télérama m’avait demandé de faire une illustration.
Je ne l’avais pas lu mais que d’images ce seul titre faisait naître (et c’est toujours le cas !). Depuis je l’ai lu et ce n’est pas du tout ce que j’avais imaginé !!

romans noirs
Lui-même amateur de romans noirs, Martin Jarrie a pris beaucoup de plaisir dans l’exécution de cette commande.
résumé de livre
Souvent, un titre ou un résumé de livre a suffit à faire surgir des tas d’images chez l’artiste.

Quel est ton prochain projet d’édition et quel serait le projet idéal dans ce domaine ?
J’aime bien qu’un projet de livre personnel me donne l’occasion de peindre, travailler en volume, utiliser d’autres techniques et d’autres matériaux que ceux que j’utilise pour l’illustration.
C’est dans cet esprit que j’avais réalisé l’Alphabet fabuleux et Rêveur de Cartes, tous deux parus chez Gallimard Giboulées. J’aimerais me lancer dans un nouveau projet du même ordre, peut-être quelque chose entre le catalogue Manufrance et le catalogue Carelman mais pour l’instant ça n’avance pas.
Un projet « idéal », c’est peindre, sculpter, bidouiller et qu’au bout du compte toutes ces réalisations deviennent les images d’un livre avec un texte de moi ou de quelqu’un d’autre.
J’ai d’autres projets de livre en cours,un avec les éditions Notari et un projet de livre de souvenirs d’enfance (et au-delà) avec Les Fourmis Rouges.

Plus d’images de Martin Jarrie .

lectures estivalles
Une belle série d’illustrations pour vous accompagner dans vos lectures estivalles.